La lame a une âme – Affûtage de couteaux Sakai

L’atelier Soba Paris et le duo Takako et Naoko nous présentent une démonstration atypique d’affûtage de couteaux sur Paris. Un bref retour sur cette journée, entouré de figures joviales des présentatrices!

45071965_202319157328339_536511281503404032_n.jpg
©NipponActif

Je vous avouerai que le fait d’avoir créé un blog me pousse dans des thématiques où je n’aurai jamais penser y mettre les pieds… Je vous rassure, c’est surtout parce que je n’en aurai pas forcément eu connaissance. Grâce à l’essor du Japonismes, un nouveau monde s’est ouvert à Paris. De multitudes de conférences et démonstrations ont lieu dans la capitale, pour le grand plaisir des amoureux de la culture japonaise. En dehors du Japon, j’aime aussi la culture générale, être un peu touche-à-tout. Et mes mots de recherche préférés sur Google? « lieux insolites, restaurants insolites, activités insolites »… Me voici un samedi 29 septembre 2018, dans l’atelier / boutique Atelier Soba, pour la découverte d’un affûtage de couteaux!

44972115_1945517312192407_2559090739300532224_n.jpg
©NipponActif   Takako

Un accueil chaleureux de Naoko, et des explications succinctes de la Takako! Un personnage haut en couleurs, qui redouble de dynamisme, et qui nous met tout de suite dans le bain avec ses explications. Elle présentera des couteaux venus de la ville de Sakai. Pourquoi cette ville près d’Osaka pour cette démonstration? Tout d’abord, la spécificité d’un quelconque couteau traditionnel japonais est qu’il est forgé à la main (et non sorti d’un moule comme les couteaux modernes). Les couteaux japonais sont connus pour être l’un des plus tranchants au monde. Sakai a une très forte et bonne réputation pour la coutellerie depuis des siècles comparé au reste du pays. Les propriétaires de ces couteaux les aiguisent avec le plus grand soin, avant même qu’ils n’éprouvent le besoin. Cela peut même nous détendre!

Les mets délicieux que nous trouvons dans les différents restaurants traditionnels japonais arrivent à table, et bien avant la dégustation, ne sous-estimez pas la décoration des assiettes qui sont le plus souvent simplistes (épurés par moment). Le résultat de la finesse de certains produits ne s’obtient uniquement que grâce à ces couteaux japonais! Des couteaux imposants et de qualités, ils coupent quasiment tous nos aliments, et ils ont tous une fonction pré-définie pour une utilisation optimum. Que ce soit pour le poisson, la viande ou les légumes, ils permettent de hacher, trancher, émincer, nettoyer, désosser, séparer la tête des poissons, couper très finement ou encore nettoyer des aliments. Vous aurez saisi l’importance de sa capacité polyvalente.

44976712_729492947413286_8823548201215721472_n.jpg
©NipponActif   Naoko

Je me suis un peu étendue sur le sujet, néanmoins il est capital de comprendre que sans les affûtages de ces merveilleux couteaux, c’est un tout autre aspect que vous risquez de voir à table. Takako nous a donc montré les différents processus pour avoir un couteau parfait et prêt à l’emploi. À l’aide d’une pierre de grains fins qu’il faudra totalement imbiber dans l’eau, il faut affûter de la pointe au milieu de la lame. L’inclinaison doit être de 20 degrés. Une fois l’affûtage terminé, passer votre pouce pour ressentir s’il a été assez affûter. Si oui, reproduire la même chose, de l’autre côté. Une fois cette partie terminée, finissez par affûter toute la lame. Enfin, pour mettre fin à l’aiguisage, utilisez le grain de finition de votre pierre.
Une autre particularité des couteaux japonais : même ébréché, non utilisé depuis des lustres et rouillé, le couteau se répare sans trop de difficulté, contrairement aux couteaux classiques.
À la fin de la démonstration, nous avons été invité par Naoko à déguster un thé aux sarrasins, frais avec un goût particulier très appréciable. Ayant eu l’habitude de manger le sarrasin à Cracovie (Pologne), je ne pensais pas que cela passerait si bien avec ce format. Agréable surprise!

Un conseil : économisez pour avoir au moins un de ces couteaux dans votre artillerie de cuistot!

Page Facebook des intervenantes : https://www.facebook.com/TakakoetNaoko/
La boutique où a eu lieu l’événement : http://atelier-soba.com/

45066219_1875002589250547_2634540240810803200_n.jpg
©NipponActif    Thé aux sarrasins
45169582_305435213518253_3311583393405206528_n.jpg
©NipponActif   Préparation de soba aux sarrasins
45064123_1127951160712866_7463934217282387968_n.jpg
©NipponActif   Devanture de la boutique

Le tissage Nishijin-ori ~ 西陣織

L’espace DENSAN s’est associé à la Maison de la Culture du Japon à Paris lors d’une conférence et démonstration sur le tissage nishijin-ori. Entièrement tissé à la main, cette technique artisanale née à Kyōto est raconté par Yoko Katsuyama.

45178866_310296379566486_7540223110021120000_n.jpg
©NipponActif

Le nishijin-ori est l’un des tissus traditionnels les plus représentatifs du Japon. Elle utilise de la soie, des fils d’or et d’argent. Le tissage de la tapisserie tsuzure-ori est effectuée par l’artisane. Pour cela, elle dessine une image ou motif en grattant des fils colorés avec son ongle limé en dents de scie. C’est bien la caractéristique particulière qui était sur l’artisane qui tenait cette conférence, Yoko Katsuyama.
Cette conférence intervient durant les soixante ans du pacte amical qui lie Paris à Kyōto en 2018. À Kyōto, il y a une floraison d’entreprise industrielle, pour le fait-main. Le nishijin-ori est né lors de la guerre d’Ōnin, de 1467 à 1477, interposant des civils, à cause d’une querelle entre shogun. Durant cette guerre, on appelait le camps de l’Ouest : nishijin-ori. Le nom a été repris car ce fameux textile vient de là-bas.
À l’époque, il faut savoir que ce textile était uniquement destiné pour les différents sanctuaires du pays, à usage décoratif ou pour les tapisseries bouddhiques. La population n’avait pas le privilège d’en posséder. Pendant l’ère Meiji, certains de ces artisans étaient même envoyés en France! C’est une signature pour l’intérêt réciproque porté pour les différentes cultures, françaises et japonaises.

45085099_523915261409411_7821023965844865024_n.jpg
©NipponActif

Le tsuzure-ori est quasi similaire à la technique de la Manufacture des Gobelins, mais ses fils sont nettement plus fins. En raison de la subtilité de ces motifs, seulement quelques centimètres de fils de soie peuvent être tissés par jour.
Ces tissages servent de fabrication de kimono, de ceintures d’obi et des tuniques de cérémonie kesa des moines bouddhistes, qui coûtent très chers.
La demande de kimono a drastiquement diminuée en dix ans. En effet, à l’heure actuelle la demande tsuzure-ori a presque disparu. C’est pour cela que l’Atelier HAKURYUAN KATSUYAMA, présentatrice de cette conférence, essaye de développer des canaux de vente internationale, en touchant à l’architecture et à la mode. La création moderne est donc le thème qui pourrait sauver des siècles de cette technique artisanale.
Jusqu’au 15 novembre 2018, le travail de l’Atelier HAKURYUAN KATSUYAMA est placé à l’espace DENSAN, ouvert aux publics, en entrée libre.

45150390_456731781399829_2218015905877590016_n.jpg
©NipponActif

Dans cet atelier, il y a trois genres de tsuzure-ori :
– le classique (le traditionnel) : environ 40 fils de chaîne pour 3 cm seulement. Les fils sont légèrement plus épais ;
– le développé : environ 70 fils de chaîne pour 3 cm. Utilisant des fils ultra fins, une spécificité de l’Atelier HAKURYUAN KATSUYAMA ;
– le spécial : une autre spécificité de l’atelier, et qui permet un jonglage de tissu transparent.

45089402_2079728368714888_595719720666136576_n.jpg
©NipponActif   Travail présenté lors de la conférence

Cet atelier vend des produits aux publics. Pour les créations artisanales, nous pouvons trouver :
– des obi, qui sont les ceintures pour les kimono ;
– des kicho, qui sont des anciens tissus pour cloison japonais ;
– des kesa, qui sont les tuniques de moine bouddhiste.

45168009_114109339509627_1210168415025627136_n.jpg
©NipponActif   Yoko Katsuyama

Comme mentionné plus haut, ils s’attaquent aussi aux créations modernes telles que les produits mobiliers et les accessoires. Ils n’utilisent ni machine, ni papier de crête, donc si vous fournissez un dessin, tout le motif sera exprimé par tissage. Cette compagnie n’utilise que de la soie à 100%. Un coût qui peut être élevé en vue de la qualité du textile, mais aussi par le coût du travail du tisserand.
Sachez que depuis 2012, l’atelier gagne des prix, dont un d’affilé en 2015 et 2016, du « Prix du Ministre de l’Éducation, de la Culture, des Sports, de la Science et de la Technologie ».

Une démonstration de quinze minutes sur l’ingénieuse machine a eu lieu, avec l’artisane Yoko Katsuyama. À l’aide d’un dessin sur papier, elle va pouvoir mettre les fils au bon endroit. Les fameux ongles limés vont lui faciliter la tâche. En une journée, elle peut faire une dizaine de centimètres, selon si c’est avec ou sans motif. Et ce travail titanesque demande énormément de précision. Car si jamais l’artisan se trompe, il faut tout refaire! Il n’est pas possible de rattraper le travail, peu importe le nombre de fils dont ils se seront trompés.

L’adresse de l’Atelier HAKURYUAN KATSUYAMA :
226 Shinmoto-cho, Omiya-higashiiru, Nakadachiuri-dori Kamigyo-ku, 602-8257 Kyoto, Japan.
Leur site internet : http://www.hakuryuan-katsuyama.co.jp/

L’espace DENSAN, promulguant les traditions japonaises : http://www.espacedensan.com/

Vidéo que j’ai prise lors de la démonstration : https://www.facebook.com/nipponactif/videos/350999495672063/

45192607_246940919307478_3297155889588338688_n
©NipponActif  Le tissage transparent

 

Vernissage ‘Couleurs du Japon’ par Hidenobu Suzuki

Le Japon, un pays, une culture, des traditions, qui rassemblent des personnes bien au-delà de leur frontière. À défaut de ne pouvoir voyager et visiter ce merveilleux pays, Hidenobu Suzuki nous fait profiter de ses clichés aux mille couleurs.

44023307_1207903776046212_2192300759855398912_n.jpg
©NipponActif

Hidenobu Suzuki est de base un ‘hair stylist’, habitant à Toyohashi, dans la préfecture d’Aichi. Mais il a un autre talent caché : la photographie. En plus de la prise de photos de somptueux paysages japonais, il est aussi un artiste de la photographie numérique. Comprenez par là qu’il s’amuse à retoucher les photos, selon ce qu’il perçoit. C’est la meilleure des combinaisons possibles dans cet art, afin de saisir le plan général et de le retravailler, pour enfin saisir l’essentiel qu’on ne peut voir à l’oeil nu. Ses photos donnent un air surréaliste, arborant des couleurs vives pour accentuer chaque détail, ne délimitant pas notre regarde que sur de simples sujets, mais en étendant notre perception sur tout le paysage environnant. Elles contrastent ainsi avec les lieux, les objets et les êtres vivants qui eux, existent bel et bien.

Sub1_Blue Heaven for press .jpg
©HidenobuSuzuki      Blue Heaven

Le mercredi 10 octobre 2018, je suis parti à la découverte de ses photos affichées dans une boutique atypique : la Maison de thé. Le décor de la boutique propulse bien les merveilleux tableaux photographiques. Une bouffée du Japon entre dans cette pièce, un voyage instantané nous fait évader. C’est la première fois qu’il expose son travail en France. L’une de ses techniques est une assimilation de la photographie et de la peinture japonaise. Sur ses photos, nous avons affaire à des sujets que nous avons l’habitude d’apprécier quand on connaît un minimum le Japon. Mais il a réussi à captiver notre attention avec des couleurs sensas! Personnellement, j’aimerai bien visiter les lieux où il a été… Ce talentueux photographe était présent lors de cette soirée, et on a pu en apprécier l’échange.

44034089_248332329168410_2520803141671190528_n.jpg
©NipponActif   L’artiste Hidenobu Suzuki

Pour revenir brièvement sur son parcours, il se lance dans la photographie dès 2013. Il a étudié et pratiqué la peinture dès sa tendre enfance. Parcourant tout le Japon à la poursuite de clichés stupéfiants, il gagne la même année le prix à l’OLYMPUS FotoPus GRAND PRIX et le Gold prize of the week avec deux de ses superbes photos. En 2016, c’est au Carrousel du Louvre qu’il se voit récompenser de la médaille d’or de la photographie par le Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts. Je vous laisse découvrir en images son époustouflant travail! Son exposition continue pendant quelques mois, n’hésitez pas à vous déplacer pour voir les choses en grand, l’entrée est libre!

*Lieu : Maison de thé – 76 Rue Bonaparte, 75006 Paris
*Dates : du 8 octobre 2018 au 19 janvier 2019
*Événement Facebook : https://www.facebook.com/events/305052283645158/
*Site photo de l’artiste : https://500px.com/hidenobu_suzuki

6S2A5079-bp-58f8c21735bf3__880.jpg
©HidenobuSuzuki    Nagoya Castle
Sub2_The Silence of Enchantment1 for press.jpg
©HidenobuSuzuki     The Silence of Enchantment 1
c743000d8a97ab679bb2393a5f0f6ab0.jpg
©HidenobuSuzuki   A Soft Spring Day
5afe38c2-21d0-462d-a777-71639ac84ecb.jpg
©HidenobuSuzuki  Nishikiga
Main_Mount Fuji Dressed-Up_for press.jpg
©HidenobuSuzuki    Mount Fuji, Dressed-Up

L’exposition du siècle d’Itō Jakuchū

Pour la première fois en Europe, trente toiles du célèbre peintre Itō Jakuchū sont présentées au Petit Palais de Paris. L’artiste se réincarne après ce long voyage du Japon en France, par le biais d’un monde à la vision réaliste et d’une magnificence incroyable. Découvrez en photo quelques toiles, et en écrit son histoire.

1200px-Ito_Jakuchu_AjisaiSoukei-zu.jpg
©PetitPalais

Sa peinture et son histoire traversent des siècles, sans que sa vision n’en soit imperceptible, et visible aux yeux des vivants. Itō Jakuchū est un célèbre peintre au Japon, ayant vécu de 1716 jusqu’à sa mort en 1800 à Kyōto. Né dans une famille aisée et dans un quartier pittoresque, il était déjà un amoureux de la peinture dès l’âge de dix ans. Mais il a exercé son métier de peintre qu’à l’âge de quarante ans, ayant été grossiste juste avant, et confiant les rênes de l’entreprise à son frère. En 1733, l’art du réalisme pictural est né, et Itō Jakuchū s’en inspire sur toutes ses toiles. En 1757, il commence le chef-d’oeuvre de sa vie qui prendra dix années à peindre : Le Royaume coloré des êtres vivants. Le titre parle de lui-même, il explore le monde de la faune et de la flore. Trente rouleaux précieux qu’il peint avec un réalisme détonnant, surtout pour l’époque! Je ne raconterai pas tout de son parcours, car j’y reviendrai sur un prochain article, lors d’un événement qui va assouvir notre curiosité par la projection d’un documentaire qui lui est accordé!

3. black rooster.jpg
©PetitPalais    Nandina et coq

 

La première fois que ces rouleaux étaient exposés à l’étranger, c’était à la National Gallery of Art de Washington en 2012. La deuxième fois, nous avons cette chance exceptionnelle, de croiser ces rouleaux au Petit Palais de Paris. Un mois d’exposition de mi-septembre à mi-octobre, les rouleaux étant extrêmement fragiles, ils ne peuvent pas demeurer plus longtemps… Un mois pour des milliers de visiteurs de contempler des vieux pins, coqs, poissons, lotus, millets, moineaux, grenouilles et insectes divers. Ils abondent tous sur des toiles, et ils sont dessinés méticuleusement par Itō Jakuchū. Une technique lie toutes les toiles, c’est celle de la peinture sur soie en revers et avers, avec des couleurs vives, utilisant un amas de palettes colorées, avec la difficulté supplémentaire que le peintre utilisent aussi des pigments minéraux et des teintures naturelles. Tous les rouleaux présentent une finesse de traits, sans qu’aucune ligne de contours ne soit présente.

7. White phoenix and old pine
©PetitPalais    Vieux pin et phénix blanc

Par exemple dans l’oeuvre du Vieux pin et phénix blanc sur la photo juste au-dessus, il applique la couleur ocre sur le revers, et j’avais réellement l’impression de voir de l’or, en vue de son reflet à la fois invisible et dynamique quand on « zoomer » (avec les yeux en l’occurrence, nous n’avions pas le droit de prendre des photos, même sans flash, une interdiction toujours liée à la fragilité des rouleaux). De grands rouleaux verticaux, on pouvait y passer plusieurs minutes afin de contempler chaque détail, où que l’on pose nos yeux, on avait quelque chose à entrevoir. D’aussi loin que je me souvienne, c’est la première fois que j’entends autant de : « Wouah », « C’est magnifique », « Un chef-d’oeuvre » pour une exposition. Étant donné que je suis toutes les semaines dans les musées de la région parisienne (et non, je n’ai pas d’intérêt que pour les expositions japonaises!), je peux vous garantir que l’effet du Royaume coloré des êtres vivants nous fascine tous sans exception, et avec autant de passion.

Le maître de la finesse

Par cet oeuvre, l’artiste témoigne d’une grande affection pour les animaux et la nature. Il a passé des années à observer les animaux, avant de les peindre et de nous le rendre palpable à vue d’oeil. Il y a avait un effet de 3D, et on savait qu’avec ce relief, il a dû utiliser d’autres objets. Quand je suis entrée dans la salle d’exposition, j’ai commencé par la fin… Enfin, je ne suis pas certaine que c’était la fin, mais la grande majorité des visiteurs ont commencés à mon opposé. Sans regret pour ma part. Il y avait tout de même une file d’attente d’environ 1H30 en dehors du musée! J’ai pu personnellement le contourner étant de la presse, mais l’empathie fonctionne à grande échelle avec moi, et suivre les nombreux visiteurs qui se bousculent, me fatigue rapidement. Faites donc comme moi, commencez par les rouleaux de la triade bouddhique intitulé Shaka Sanzon-zō, Triade de Sakyamuni. L’artiste était très pieux, il plaçait le Bouddhisme au coeur de sa vie, bien avant la faune et la flore. J’ose penser que c’est ce qu’il l’a sauvé, à un moment donné de sa vie où il avait tout perdu… On reviendra sur ce sujet lors du prochain article aussi, patience!

11. Bodhisattva Manjusri.jpg
©PetitPalais    Bodhisattva Manjusri

En 1999, il y a eu des travaux de restauration du Royaume coloré des êtres vivants qui durèrent six ans et ont permis de confirmer que le peintre utilisait la technique de l’urazaishiki. Une technique où il colore une partie des endroits en revers, pour donner un effet plus intense des couleurs sur la toile. On hésite sur un travail totalement en relief, incapable de déceler quelle partie a pu être travaillée des deux côtés, tellement le rendu sur ces soies est exceptionnel. Une chose ne nous trompe, ce sont les détails qui sont saisissants. Il y avait parfois des cercles avec un joli motif, mais vous savez, ceux qu’on dessinait à l’école avec nos compas ? Les rosaces. Sauf qu’ici je doute fortement qu’il s’est amusé à en faire de même, surtout que ses rosaces ne ressemblaient pas aux miennes, et si ce n’est que les siennes étaient dessinées très rigoureusement !

Rien a été laissé au hasard. C’est un voyage atypique que l’on a fait avec ses toiles. Il y a même un de ses rouleaux qui m’a fait rapidement penser à nos plages françaises… J’exagère peut-être, mais c’est mon ressenti. Si vous trouvez lequel, dites-le-moi. Autre que mes désirs refoulés des vacances, des plumes en veux-tu en voilà! Vous n’avez jamais prêté attention à un coq (malgré qu’il soit quand même l’emblème de notre cher pays)? Dirigez-vous vers le musée. C’est le plus beau coq qui m’est donné de voir dans ma vie. Encore plus magnifique que les coqs que l’on connaît, avec des courbes parfaites, et une abondance de plumes majestueuses, et dont même le paon n’a rien à envier.

5. roses and birds.jpg
©PetitPalais   Roses et petits oiseaux

J’ai aimé tous les rouleaux, en y passant 1h30, alors que tout se passe dans une salle visible de long en large. Je peux le dire, j’ai limite étudié les tableaux. Deux tableaux m’ont fait rester plus longtemps que d’autres : Érable et petits oiseaux et Roses et petits oiseaux. Je viens de me rendre compte qu’à « l’écriture » de ces deux titres, on pourrait tomber dans le piège en pensant que c’est parce qu’il y a des petits oiseaux que j’ai été fasciné par ses tableaux… alors que non, ce sont pour les roses qui fleurissent toute la toile. Loin d’être ma fleur préférée, et le rose ma couleur de prédilection, il faut croire qu’ils avaient le pouvoir de me laisser me poser et rêvasser!
Alors, pour ceux qui se demandent quelle est ma couleur préférée, est bien c’est le bleu. Certains de ses tableaux révèlent plus précisément la couleur bleue de Prusse. Sachez qu’au moment où Itō Jakuchū l’avait utilisé, il n’était pas en vente au Japon… il a utilisé cette couleur 60 ans avant qu’un autre célèbre peintre l’utilise : Katsushika Hokusai. Il est devenu l’un des premiers propriétaires de cette couleur rare, difficile d’obtention à l’époque, au Japon, mais sans aucune conviction quant à la méthode de procuration de ce produit, je ne m’avancerai sur ce terrain qu’après quelques recherches que je vous ferai partager.

43878517_1673691256069948_3787281837827555328_n.jpg
©NipponActif   Le Petit Palais de l’extérieur

Dans cette collection, une harmonie règne dans le monde la peinture. Les animaux ne sont pas les seuls à être mis en avant, mais ils sont égaux à la nature qui les entourent. Lisez ces rouleaux, créez vous aussi l’histoire de votre perception, tout comme un espace regorge de mille histoires. Merci au Japon de nous avoir permis de voir de telles oeuvres, merci au Petit Palais de les avoir abrités quelques jours. Longue vie aux rouleaux!

Un spécial remerciement à Mme Beaujard et Mme Drapier.
Le jour où je publie cette article, il reste deux jours avant que les rouleaux repartent au Japon… Profitez, ce week-end le musée à des horaires d’ouvertures exceptionnels !

*Lieu : Petit Palais –  Avenue Winston Churchill, 75008 Paris
*Event Facebook : https://www.facebook.com/events/1746892875380357/
*Dates : du 15 septembre au 14 octobre 2018.
*Billetterie : http://www.petitpalais.paris.fr/preparer-sa-visite/billetterie

 

43788863_346359509435283_2122512411788312576_n.jpg
©NipponActif   L’entrée à l’exposition
1. Mandarin ducks in the snow.jpg
©PetitPalais   Canards mandarins
dans la neige
2. White peacock and peonies under a pine.jpg
©PetitPalais   Vieux pin et paon
4. Fowls.jpg
©PetitPalais   Coqs
6. Shellfish.jpg
©PetitPalais   Coquilles
8. Fish and octopus.jpg
©PetitPalais    Poissons
9. Bodhisattva Samantabhadra.jpg
©PetitPalais   Bodhisattva Samantabhadra

 

10. Buddha Sakyamuni.jpg
©PetitPalais    Boudhha Sakyamuni
43950227_278334599465927_5661521173989556224_n.jpg
©NipponActif   Les 1H30 de queues

Atelier DAIKURA – Céramique de Bizen

L’artisanal est une partie intégrante dans la tradition japonaise. Au fil des millénaires, le Japon produit des objets d’une haute technicité. C’est alors que la Maison de la Culture du Japon à Paris accueille l’artisan Shuzo Ogawa et sa femme, afin de nous présenter ce qu’est la céramique de Bizen, et nous en faire la démonstration.

43931452_298018031020589_5124372673958248448_n.jpg
©NipponActif Shuzo Ogawa pendant la démonstration

La céramique Bizen-yaki (備前焼) est une céramique japonaise, produit à l’origine dans la ville de Bizen (préfecture d’Okayama). Une fabrication qui perdure depuis maintenant 1.300 ans! Sans glaçure, ni décor peint, ce sont purement des flammes et de la terre qui produisent les motifs du résultat final. Lors de cette conférence, nous avons eu le droit à une démonstration d’exception. En effet, les patrons de l’atelier DAIKURA sont venus nous montrer en direct leur savoir-faire. On n’aura pas le droit aux flammes (logique), mais on assistera à la fabrication de céramiques de différentes tailles et modèles.

Une journée extrêmement ludique s’est déroulée devant nos yeux. Nous étions très peu nombreux en raison du quota de places restrictif. Un interprète était présent pour traduire l’histoire de l’entreprise DAIKURA qui existe depuis 2011, et nous montrer la variété de céramiques qu’ils fabriquent et vendent au Japon. C’est une entreprise familiale japonaise, mais aussi en vogue sur le marché de la Grèce et en Allemagne, à Berlin. Nous avons eu la conférence avant la démonstration, mais je vais me permettre de zigzaguer pour la compréhension de tous. Étant moi-même néophyte en la matière, je vais vous conter l’histoire de cette journée à ma manière!

43623057_186699255565519_1052363757428146176_n
©NipponActif Résultat du pétrissage d’argile

Pour la fabrication de la céramique Bizen, il faut pétrir l’argile en amont pour enlever toute trace d’air, afin que la céramique ne se brise pas sous la pression du feu. On utilise ensuite l’un des six fours les plus anciens du Japon. Ce four peut contenir environ 1.000 pièces! Sous cette condition, la famille de Shuzo Ogawa décide d’assembler ce nombre en enfournant leurs céramiques qu’une à deux fois par année. Mais alors, pourquoi économiser sur ce temps d’enfournage alors qu’ils pourraient le faire plus souvent ? Pour y répondre, on évoquera deux raisons. La première, car la cuisson est sur deux semaines non-stop! Jours et nuits, sans interruption, et que le tout est cuit environ à 1.550 degrés. Il faut y garder un oeil, pour ne pas que le travail de plusieurs mois soit en vain. Et après ces deux semaines, il faut trouver le bon moment pour éteindre le feu, et là, il n’y a que des personnes avec de longues années d’expériences qui pourraient s’y coller. Ensuite, il faut le laisser refroidir pendant une semaine pour que les artisans récupèrent le tout, et rincent les cendres.
La deuxième raison est liée à la condition physique. Un artisan peut produire cinquante céramiques Bizen s’il est en forme. Et moins les autres jours, car cela demande beaucoup de travail physique et de dextérité. Donc si on commande un de leurs produits, il faudra savoir être patient! (Le lien de leur site est à la fin de l’article, les commandes peuvent être envoyées à l’étranger). De plus, une femme a aussi sa place dans ce métier, alors qu’à l’époque, il était interdit pour elles d’entrer dans le four. Malgré ce nouveau droit, Shuzo Ogawa et sa femme nous cacheront pas que ce métier n’est pas vraiment conseillé aux femmes à cause du travail physique assez important.

Maintenant on se tourne vers les résultats de ces longs mois de travail. Aucun émail n’est utilisé pour ces créations. Les couleurs et motifs varient selon leur emplacement dans le four durant la cuisson! Nous sommes donc capables de lire leurs histoires à travers ces céramiques. Le feu et la terre font naître une multitude de couleurs et motifs qu’il n’est pas possible d’en doser sa nuance précise. En effet, si une personne souhaite par exemple l’effet ao-bizen, donc la couleur bleue, sachez que le bleu sera nuancé du clair au foncé, sans que le potier ne puisse intervenir dans sa coloration. On sait juste qu’on peut obtenir du bleu quand l’objet est enfoui dans les cendres, ou caché par d’autres objets. l’ao-bizen n’aura pas de contact avec le feu du four.

Les autres couleurs existantes sont le goma, dit « sésame » car il y a l’apparition de petits points jaunes qui viennent de la projection des épines de pin.
L’effet sangiri, de couleurs gris-bleuté. Enterré dans la cendre, il n’y a ni les flammes, ni l’air qui l’atteignent.
Le botamochi, où l’on pose de petites tasses pour obtenir la forme du mochi, et le reste des contours aura l’effet goma.
Le hidasuki : hi signifie ici « écarlate » et dasuki est le cordon des kimono. C’est un motif en fil rouge.
L’effet fuseyaki est dû à l’empilement de plusieurs pièces pour avoir des effets différents.
Le shisoiro, (comme la couleur de la feuille de shiso) est assez représentatif de la céramique de Bizen car il s’approche de la couleur de la terre.
Le migaki donne un effet lustré au produit, même s’il est sans glaçure, tout simplement en lissant la pièce avant de le mettre en feu.

43931452_298018031020589_5124372673958248448_n
©NipponActif

Je ne vais pas parler de toutes les couleurs qui en sortent, mais des images sur leur site vous en dira beaucoup plus que mes explications approximatives. Il est en plus possible de boire dans ces poteries qui ne pourriront pas, car elles sont propices à la consommation, de thé par exemple. L’atelier DAIKURA conclut que la prochaine relève est assurée, et nous donne rendez-vous dans cent ans… sans rire! Entre temps, ils élargissent le champ à l’international depuis 2015, en plus des pays que j’ai cité plus haut. Malheureusement, la céramique Bizen ne se vend plus comme autrefois. Ils vont donc dès à présent et à l’avenir, allier le traditionnel et la modernité face à la nouvelle demande. Une concurrence qui sera rude avec les premiers potiers modernes qui existent déjà, mais l’équilibre modernité – tradition que souhaite instaurer l’entreprise familiale, pourrait signer son unicité. DAIKURA propose des créations en céramique comme des carafes, tasses, coupes, vases, etc…

Sachez que les créations de l’Atelier Daikura sont visibles à l’Espace DENSAN au 8 bis rue Villedo 75001, et ce, jusqu’au 15 novembre 2018.

Un grand remerciement à Mme Cathy BION pour m’avoir permit d’assister à cette démonstration et à l’espace DENSAN pour l’organisation.

Site de l’atelier DAIKURA : http://www.dai-kura.com/en
Conférence et démonstration du 22 septembre 2018
Vidéo que j’ai pris lors de la démonstration : https://www.facebook.com/nipponactif/videos/698292620548821/
Deuxième vidéo prise et mis en ligne sur YouTube : Atelier DAIKURA – Céramique de Bizen

Site de l’espace DENSAN : http://www.espacedensan.com/exhibitor/

43661924_812149755787217_1295805467292860416_n.jpg
©NipponActif
43737390_535448833564558_5620920122290995200_n.jpg
©NipponActif Cadeau offert par l’atelier aux participants

Wadaiko ~ 和太鼓 : Drum TAO

Il y a quelques mois, le vendredi 13 juillet 2018 précisément, l’un des groupes de taiko reconnu dans le monde, a rejoint le parcours du Japonismes : Drum TAO. Un spectacle époustouflant, qui a été le meilleur dans tout ce que j’ai pu voir et découvrir jusqu’à présent. La magie a opéré à la Seine Musicale de Paris lors de cet été 2018.

pic16.jpg
©DrumTao

J’écris cet article que beaucoup plus tard, car j’étais en attente des accréditations pour exploiter certaines photos – car vous vous doutez bien que lors de la représentation, je n’avais pas le droit de prendre de photos / vidéos – accord validé plus tard par l’équipe-même. L’émotion de cette nuit traverse le temps et reste inoubliable! Comme je l’ai mentionné plus haut, de tous les spectacles de taiko (autrement dit aussi wadaiko), c’est celui qui m’a fait le plus rêvé. Pourtant, ils ne sont pas réellement comparables, car ils ont tous leur propre style. Mais dans son art en général, c’est grâce à eux que j’ai découvert le tambourinage en équipe.

Drum TAO ont joué dans 24 pays, 500 villes et près de huit millions de spectateurs sont venus les découvrir et les encourager. Avec toutes ces performances, la troupe a gagné le 6ème Japan Tourism Agency Commissioner’s Awards et l’Outstanding Cultural Contribution de la préfecture d’Oita. Il est composé de trente-et-un membres, et ils ont créé une dynamique sur scène qui a coupé le souffle à tous les spectateurs. Après des recherches, je n’ai pas pu trouver ne serait-ce qu’une seule mauvaise critique!

pic1.jpg
©DrumTao

Les enchaînements du groupe étaient spectaculaires! Je suis encore stupéfaite de la puissance et de la vitesse de tambourinage. Pour une première en France, la salle exploitée collait à merveille à la prestation. De beaux hommes triomphant sur scène, avec la belle particularité qu’ils étaient TOUS musclés. Un régal mesdames et mesdemoiselles (certains messieurs également). Toute personne ayant été spectateur de taiko savent que voir des muscles chez ses performeurs n’est pas réellement étonnant, comme cette pratique demande une bonne cardio, force et vitesse… et donc un entraînement sans relâche, il n’y a pas de frein pour arrêter un tel phénomène. Limite, je me posais la question si lors du casting du groupe, l’une des conditions pour en faire partie était d’être plus ‘gonflé’ qu’à l’habituel. Il va de soi, c’était une question inutile car on ne travaille pas que sur du visuel. Et le spectacle tout le long l’a démontré.

39393059_1977973728982009_3465619960229789696_n.jpg
©NipponActif    La Seine Musicale de l’extérieur

Je vais décrire dans le désordre, mais l’une des choses qui m’a marqué et que je n’ai trouvé nulle part ailleurs étaient… les sourires de chaque membre, mais pas n’importe lesquels. Je vous garantis que tout le long du spectacle, ils ont gardé les mêmes beaux et grands sourires. Ce n’est donc pas le sourire marketing de l’art, mais j’ai ressenti l’un des sourires des plus sincères : celui de la fierté. Mon ressenti était bien avéré lors d’un passage avec des nobori (). Les nobori sont des bannières japonaises, qu’on utilise comme des drapeaux (notamment lors des batailles et guerres féodales). Aujourd’hui, on les utilise dans les entreprises, les sports, restaurants, magasins, etc… Il exprime l’encouragement, l’appartenance à un groupe, à une identité propre qu’il faut que les autres voient. Au-delà des accessoires, nous pouvions voir dans leurs gestes et les grimaces sur leur visage cette fierté prônée à plusieurs moments. Ils peuvent l’être, ils ont magnifiquement transmis leur passion, et porté les couleurs du Japon.

pic10.jpg
©DrumTao    Avec les nobori (幟)

Par moment, les acteurs interagissaient avec le public. Scandant des phrases en japonais, sous le rythme des tambours. Et à d’autre moment il y avait des parties bien comiques. Certains des membres avaient des rôles bien définis dès le départ. J’ai pu entrevoir un chef de la troupe, qui avait des airs d’un grand seigneur dirigeant tout le spectacle. Et deux comiques qui revenaient sans cesse. On reste évidemment dans l’art traditionnel, mais ici de toute évidence on a osé le mélanger avec un côté moderne bien accentué. Par exemple au niveau du costume. On était à mi-chemin entre le traditionnel et un côté futuriste, voir bling-bling. Le jour où j’écris cet article, plus tôt dans la journée, en rencontrant une chargée de communication à ESMOD (école de mode -petit clin d’oeil à Mona), j’ai découvert que la costumière de cette magnifique collection était Junko Koshino, surnommée la Coco Channel du kimono. Je vous laisse découvrir les photos pour voir son travail. Je reparlerai très bientôt de cette artiste dans les jours à venir.

pic14.jpg
©DrumTao

Revenons à nos moutons. Il faut savoir que le taiko n’est pas un art où l’on fait que de taper sur des tambours à différentes allures, avec différentes forces, mais cela demande surtout des performances d’athlètes. Un rythme infernal s’installe sous nos yeux. Parfois je me concentrais sur certains membres, et j’avais « peur » qu’ils lâchent le bachi (qui est le bâton pour tambouriner). Ce sont des parties du spectacle qui nous font retenir notre souffle, contrairement à eux.
Je ne tarderai pas plus sur les explications, si ce n’est que je vous les conseille vivement pour leur prochain passage, dont on n’a pas encore les communiqués officiels, mais je pense bien qu’ils reviendront. Un spectacle dynamique, avec du rire, des danses, un show impressionnant, des chants, des instruments, une décoration colorée et des costumes travaillés. Le tarif peut paraître excessif au premier abord, mais je vous le dis, il en vaudrait encore plus qu’on ne s’en plaindrait pas.

Je remercie l’équipe en backstage de Drum TAO et Asuka OZUTSUMI.

*Dates et horaires : Vendredi 13 Juillet à 20h30
Dimanche 15 Juillet à 15h
*Tarifs : Catégorie 3 : 20€
Catégorie 2 : 30€
Catégorie 1 : 45€
*Lieu : La Seine Musicale – Ile Seguin, 92100 Boulogne-Billancourt
Site officiel : http://www.drum-tao.com/main/english

Spectacle : « Sous les fleurs de la forêt de cerisiers »

« Sous les fleurs de la forêt de cerisiers » est une pièce mise en scène par Hideki Noda en 1989, reprise en 1992, en 2001 et ce vendredi 28 septembre 2018 dans le prestigieux Théâtre national de la danse Chaillot. Une première représentation de cette pièce couronnée de succès!

42710921_241121293246348_8010894003165724672_o.jpg
©Japonismes2018 ©Théâtre Chaillot

Hideki Noda est un dramaturge qui a écrit une quarantaine de pièces, et il reprend aujourd’hui une de ses pièces phares pour le rejouer à Paris, dans une salle comble. Par le biais de ce spectacle, il nous montre sa réflexion sur l’État et les enjeux du pouvoir. La base de son histoire est inspirée de deux textes courts  d’Ango Sakaguchi, (1906-1955) : Sous les fleurs de la forêt de cerisiers et Yonagahime et Mimio. Dans sa thématique générale, la pièce nous raconte l’histoire de la première guerre de succession du Japon en 627.

42653809_241120983246379_7198090645196505088_o.jpg
©Japonismes2018   ©Théâtre Chaillot

Des oni () remplissent la scène du début à la fin, qui sont des créatures d’un autre monde ou autrement dit des démons. Ces créatures sont très sollicitées dans le folklore japonais (arts, littératures et théâtres). Dans cette pièce, les oni côtoient les humains. Ils sont présents dans les moments les plus sombres de l’histoire, mais aussi dans les moments les plus heureux, afin de semer le doute dans l’esprit des êtres humains. Telles des montagnes russes, les émotions de la pièce de théâtre vacillent d’un moment à l’autre sous la lumière du soleil à celle de la nuit. Ces phases sont soulignées par les merveilleuses interprétations de la Princesse Longue-nuitYonagahime qui est le personnage sombre de l’histoire malgré son apparence, et la Princesse Sommeil-précoceHayanehime, l’opposée de sa soeur. Filles du seigneur de Hida, pour leur protection le père fait appel à des maîtres artisans pour leur sculpter un Bouddha. Ce n’est sans compter que sur ces trois artisans, deux ont usurpés l’identité des protagonistes qu’ils ont tués.

42734880_241120909913053_7176232422755794944_o.jpg
©Japonismes2018    ©Théâtre Chaillot

Au-delà du bien et du mal, au-delà de la réflexion, la pièce connaît beaucoup de rebondissements. Jouée par trente comédiens, elle connaît une certaine complexité pour les spectateurs français. Le texte étant joué en japonais, on nous délivre un sous-titre en français, sur deux écrans, bien au-dessus de la tête des acteurs. Les 2H30 avec entracte passe à une allure hallucinante. Mais non pas que par son temps horlogique, mais par ces épisodes qui défilent aussi vite. Il était difficile de suivre le jeu d’acteurs en même temps que la lecture du sous-titrage. On s’habitue tant bien que mal au final à notre hochement de tête, d’haut en bas, afin de suivre la traduction et les mouvements des personnages. En dehors même de cette traduction, il faut savoir que le deuxième défi est la compréhension de l’histoire par acte. En effet, le scénario nous offre à son tour une certaine difficulté au niveau du dialogue. Tantôt nous avons l’impression que les différents actes n’ont rien à avoir les uns avec les autres, tantôt nous nous rendons compte qu’il y a bien un suivit de cette ribambelle d’histoires. La cause est probablement dû au langage utilisé, car rappelons-le, nous sommes vers l’an 627. Je me suis moi-même emmêlée les pinceaux dans le scénario avec mon acolyte, bien que certains passages sont compréhensibles.

42698757_241121143246363_5018528131275816960_o.jpg
©Japonismes2018    ©Théâtre Chaillot

Les ambiances sont bien scindées grâce aux superbes décorations mobiles de la scène. Une bonne représentation du printemps sous les fleurs de cerisiers, des pétales tombant, des couleurs vives, tant dans les accessoires, que dans les costumes. Et surtout, des acteurs sensationnels! Des chants et des mimiques enchaînés dans un rythme effréné. On a des séquences d’amour, d’espoir, de désespoir, de croyance, de culpabilité, … toutes les émotions humaines jalonnent la scène, et c’est à partir de ces caractères humains que l’auteur nous fait garder les pieds sur terre. Ce qui m’a le plus impressionné, c’est la montée de la porte des oni. Je ne m’attendais pas à ce que cela soit possible sous nos yeux, mais grâce au Palais Chaillot et de leurs infrastructures, on a pu voir un travail monumental se dérouler devant nous.
Le nombre de fois que je me suis demandé : « c’est à quel moment la pause? »… et bien, sachez qu’il y en a pas en dehors de l’entracte. Toutes les séquences s’enchaînent avec une tonicité sans faille. L’échappée belle vers un univers transverse, il n’y a que le dramaturge Hideki Noda qui a su donner vie, et les acteurs sur scène nous inviter à trépasser l’imaginaire.

*Lieu : Théâtre national de la danse Chaillot – 1 Place du Trocadéro, 75016 Paris
*Dates : du 28 septembre au 3 octobre 2018

Un grand merci à Catherine PAPEGUAY pour l’invitation et au Palais Chaillot pour leur accueil.

42773760_241121336579677_6579855155481542656_o.jpg
©Japonismes2018    ©Théâtre Chaillot
42983430_2068331593186285_1878076567318429696_n.jpg
©NipponActif

AVP « La saveur des rāmen » en présence des acteurs et scénariste

Un film japonais-singapourien, c’est LE film immanquable de l’année pour les amoureux de la nourriture. On traverse diverses frontières géographiques, mais un unique thème relie l’ensemble. Ceci est un article qui me tient à coeur car il exploite l’un des phénomènes culturels connu dans l’ensemble du continent asiatique, qui concerne ma propre origine. En ce lundi 24 septembre 2018, nous avons eu l’honneur d’avoir la présence des acteurs et du réalisateur lors de cette avant-première. Victime de son succès, le cinéma a même dû ouvrir une seconde salle, je vous raconte tout!

43086336_2231850007062277_7194746111213436928_n.jpg
©NipponActif   Eric Khoo, Seiko Matsuda, Jeanette Aw et Takumi Saito

La saveur des rāmen est un film d’Eric Khoo. Réalisateur dans l’âme depuis sa petite enfance, il a auparavant traité des sujets axés sur les émotions humaines, comme ce qui se passe dans les couples, dans la famille, entre un chanteur et ses fans, etc… Il a aussi développé dans ses précédents films des sujets tabou tels que l’homosexualité, sur les lesbiennes ou encore sur les handicapés. Aujourd’hui, il nous livre d’autres spécialités dans nos salles de cinéma. Un film à la croisée de l’histoire de la Chine, du Japon et l’emplacement idyllique que nous offre en arrière plan Singapour. Les relations entre humains sont toujours ses mots d’ordre, mais on le connaît aussi pour cette catégorie qu’est la nourriture, la cuisine.

Pour en revenir à cette avant-première inoubliable, la salle du Mk2 Bibliothèque comptait 580 places. Les places sont parties très rapidement, et la déception de beaucoup d’internautes n’ayant pas pu avoir les billets à temps, n’a pas laissé le média Hanabi, qui est l’organisateur de l’événement, et le cinéma Mk2 Bibliothèque indifférents. Ils ont alors spécialement ouvert une nouvelle salle pour les autres spectateurs, la veille de la projection! Une séance à 20H pour la première salle, et une seconde à 20H10. Il est fort probable que ce succès soit dû à une chose : la présence du réalisateur et surtout des acteurs lors de cette avant-première.

43183254_461159854378160_8184043496580055040_n.jpg
©NipponActif

L’ambassadeur de Singapour, Zainal Arif Mantaha, a tout d’abord tenu un discours avant de laisser place à Eric Khoo. Il explique brièvement l’histoire de cette écriture cinématographique. L’essence du film est au premier abord l’art culinaire. L’intérêt porté pour la nourriture singapourienne et japonaise a construit son identité. Eric Khoo invite ensuite les différents acteurs à le rejoindre : Seiko MatsudaJeanette Aw et Takumi Saito. Le réalisateur s’est entouré d’un casting de premier choix!  Jeanette Aw est une actrice née à Singapour, ayant jouée dans de multitudes de films chinois. Seiko Matsuda est une actrice, mais aussi une célèbre chanteuse japonaise. Enfin, Takumi Saito est un acteur et chanteur de musique J-pop. Il a fait l’effort de parler en français tout le long de son discours et une chose est sûre… Il avait une très belle voix, qui ont conquis mes amis et moi-même (filles et garçons à l’unanimité!).

Un lien sacré

La nourriture est porteuse de culture, d’histoire et vectrice de sentiments. C’est aussi ça, la culture de l’Asie. Que cela soit en Chine, à Singapour, au Japon, au Vietnam, ou en Inde, nous avons pour la plupart des valeurs communes. Par exemple, celle de difficilement dévoiler nos sentiments les plus doux à nos proches. L’aisance de dire de simple mots comme des « je t’aime », « désolé » ou encore montrer nos sentiments par des gestes tels que des câlins sont inexistants chez beaucoup de familles asiatiques. Le scénario et les acteurs ont pu transmettre toutes ces émotions dans un simple bol de rāmen. La sincérité, la tendresse, le pardon, le regret, la fierté, l’audace et le travail se retrouvent tous dans des bouillons. Une mixture est créée au fur et à mesure que les sentiments se développent, que les déplacements des personnages évoluent en même temps que leur connaissance culinaire. Une nourriture disparate née avec la fusion de deux plats locaux : le fameux rāmen et le bak kut teh qui est une soupe chinoise originaire de Malaisie et de Singapour. Les plans sur les aliments filmés par l’équipe donneraient envie à n’importe qui! J’ai mangé juste avant pour éviter la fringale lors de la séance, mais j’ai tout de même eu envie d’un bon bol de rāmen, et plus encore, celui de goûter pour la première fois le bak kut teh. Étant donné que je me rends à Singapour en décembre, vous pouvez espérer que j’irai manger à l’un des meilleurs restaurants servant cette soupe locale et que j’écrirai un article.

43049800_2273000749589961_1402340666486292480_n.jpg
©NipponActif

Hormis cette bonne nourriture qui nous a fait saliver, ce qui a le plus attiré mon attention, est la difficulté de compréhension entre membre d’une même famille, surtout quand cette dernière réunit des origines distinctes. L’un des couples est formé d’un personnage d’origine chinoise  et l’autre d’origine japonaise. Au-delà de la barrière des langues, ce qui est mis en exergue est l’Histoire. Les faits historiques qui divisent des civilisations et des générations. Ce n’est pas que l’histoire de l’Asie, mais aussi de beaucoup de peuple qui ont des valeurs et moeurs bien ancrées, et qui ne permettent pas à un certain degré une alliance avec ceux qui sont hors de leurs propres origines. Le film nous invite dans la vie quotidienne de toute une famille sur plusieurs générations. En même temps que s’écoule la haine, les pleurs, l’incompréhension et la distance, la nourriture trépasse et rallie la bonne cause. C’est un film qui a mis sans doute en émoi plus d’un, dont moi-même. Sûrement qu’une partie conte actuellement ma propre vie et que j’y suis sensible.

43193458_2162229174051839_6761418141936386048_n.jpg
©NipponActif   Seiko Matsuda, Jeanette Aw et Takumi Saito

Sans plus de spoil, je vous invite FORTEMENT à aller voir ce film. Des années que je n’ai pas eu une aussi bonne avant-première. De plus, je vais souvent aux restaurants japonais dans la capitale, mais grâce à ce film, je verrai mes futurs bols de rāmen autrement, ne serait-ce que pour un temps. À la fin de la séance, grâce à nos billets d’entrées, nous avions le choix entre deux cadeaux : le daruma (porte-bonheur japonais que l’on voit tout le long du film) dont j’en reparlerai bientôt dans un prochain article ou un mini-bol de rāmen servit dans un foodtruck éphémère. Je n’ai pas pu prendre le bol en photo, car j’ai choisi le daruma.

*Date et horaires : lundi 24 septembre 2018 à 20H (salle principale) et 20H10 (salle annexe).
*Tarifs : environ 12€, gratuit pour les détenteurs de la carte UGC Illimitée
*Lieu : Mk2 Bibliothèque – 128-162 Avenue de France, 75013 Paris
*Sortie du film en France : 3 octobre 2018

43016101_695829970776189_8797973908646002688_n.jpg
©NipponActif    La queue pour les bols de rāmen offert

Vernissage : l’Asie rêvée d’Yves Saint Laurent

Une exposition au coeur des pensées du grand couturier Yves Saint Laurent. À l’instar de son travail méticuleux, l’Asie rêvée d’Yves Saint Laurent retrace sa curiosité pour le continent asiatique, et plus précisément pour l’Inde, la Chine et le Japon. Il fallait s’attendre à ce que cela ne soit pas qu’une simple exposition, mais aussi une révélation des procédés de l’artiste. C’est parti pour la découverte de la toute première exposition temporaire thématique du musée!

42951829_289230818575258_1875413395537133568_n
©NipponActif

Attention, l’exposition est ouverte qu’à partir de demain (2 octobre 2018). J’ai pris les photos suivantes lors de la conférence presse, avant l’ouverture aux publics. Si vous souhaitez garder la surprise de ce qu’il y aura lors de votre visite au musée, je vous conseille de ne pas continuer la lecture de cet article.

La grande renommée du personnage me conforte dans l’inutilité de vous le présenter. C’est donc pour cela que je vais rentrer dans le vif du sujet ! Une exposition que j’avais hâte de découvrir depuis au moins trois longs mois. Est-ce que l’attente en a valu la chandelle? OUI! Bien plus que ce que j’espérais. À partir de cette année, donc en 2018, il y aura quatre mois d’exposition thématique chaque année, en dehors de l’exposition permanente. On y verra 7.000 pièces textiles avec son processus en 81 collections.
En entrant dans la salle du hall principal, le thème est très rapidement imposé : trois murs sur quatre nous proposent une brève introduction quant au choix des pays et à son explication. Le directeur du Musée Yves Saint Laurent, Olivier Flaviano, et la commissaire de l’exposition, Aurélie Samuel nous accueillent durant les quelques heures de la visite guidée.

43000355_2734139309945157_6938866446642446336_n.jpg
©NipponActif Aurélie Samuel et Olivier Flaviano

Comme Olivier Flaviano l’a si bien expliqué, le titre porte à confusion. Effectivement, nous savons ce qu’est le rêve endormi. Cependant, le travail du créateur s’est plutôt immortalisé dans un rêvé éveillé. Celui s’imprégnant des dynamismes culturelles d’un continent vaste et regroupant des pays avec des identités propres. Yves Saint Laurent se nourrit de littératures, de musiques, de théâtres et de cinémas. Il va au-delà de la démarche purement professionnelle, et se rapproche de la démarche artistique, culturelle et sociale. En 1983, au milieu de sa carrière, une exposition sur Yves Saint Laurent s’ouvre au Metropolitan de New York, il dit lors d’une interview avec le journal Le Monde : « L’imagination, comme un fleuve, charrie toute la peinture, la littérature, la sculpture, la musique que je porte en moi pour s’incarner dans mes collections ». Choses dites, choses faites!
Le directeur du musée est aussi inspiré par une autre citation de Jean Cocteau : « Pour les artistes, il ne faut pas finalement parler d’inspiration, mais d’expiration. Puisque ces choses ne nous tombent pas de quelque ciel, mais sortent de nos profondeurs ». Olivier Flaviano trouve que cette phrase accroche à merveille au travail d’Yves Saint Laurent.

43012813_715221202186012_5666250164910686208_n.jpg
©NipponActif

La commissaire de l’exposition, Aurélie Samuel prend à son tour la parole, pour nous donner son avis. Pour elle, le travail d’Yves Saint Laurent va au-delà du cadre du travail, il a une démarche qui est intellectuelle et historique. Et l’on commence le sujet avec l’Asie pour la toute première exposition temporaire du musée. Un thème qui n’a donc pas été choisi au hasard. Le but de l’exposition est aussi d’expliquer et de contextualiser en essayant de comprendre ses sources d’inspiration mais aussi la façon dont il a digéré les influences et les différentes pensées de ces cultures auxquelles il s’est intéressé. Le fait d’avoir choisi que ces trois pays, au lieu de l’Asie du Sud-Est ou de la Corée, est justifié par le fait que l’Inde, la Chine et le Japon sont les plus connus en Europe. Mais surtout qu’à travers leur vêtement, un certain nombre de coutumes y sont véhiculées. Yves Saint Laurent essaie d’en comprendre la forme, la technique et surtout son usage. Ce sont des pays où le vêtement raconte une histoire : le statut social, le statut religieux et la place qu’ils ont en société. L’artiste va essayer de comprendre, reprendre et réinterpréter à sa manière, sans pour autant complètement déformer la base. Certains objets sont empruntés au Musée Guimet pour cette collaboration, afin de mettre en concordance le travail d’Yves Saint Laurent aux objets d’arts asiatiques.

42962871_959074264278895_48795922313773056_n.jpg
©NipponActif

Mon site communiquant sur les richesses japonaises, et voulant me soustraire à cette condition, je ne vous parlerai que de la collection japonaise. Je mettrai tout de même les photos de l’ensemble des collections que j’ai pu prendre. Sachez qu’Yves Saint Laurent a été en visite que dans un seul pays, le Japon. Pour l’Inde et la Chine, il s’est inspiré de beaucoup d’éléments cités plus haut, mais il les a réinterprétés. Alors que pour le Japon, il n’y a pas eu de réinterprétation. Vous verrez aussi beaucoup plus de pièces de collection pour l’Inde et la Chine que pour le Japon.

Il était fasciné par l’époque Edo (1600 – 1868), notamment par l’histoire du pouvoir impérial et du théâtre kabuki. Il va dans cette exposition revisiter le kimono. Ce sont des vêtements qui contraignent les mouvements, cela peut aller aux personnes d’influences qui ont un travail dans les hauts rangs. Il va garder la fluidité des lignes, mais va accompagner les mouvements au lieu de les contraindre. Pierre Bergé (compagnon de l’artiste) et Yves Saint Laurent avaient arpenté les rues de Gion, une ville de Kyōto, là où déambulent des courtisanes. Ils adorent le kabuki, et iront plusieurs fois regarder ces pièces de théâtre. Comme Yves Saint Laurent a un profond respect pour le Japon, son harmonie avec la nature, des habits qui ne peuvent que correspondre à ce pays, et qu’il connaît bien le pays, il n’arrive pas à s’extraire d’une restitution fidèle. Le kimono que nous pouvons voir lors de l’exposition peut se porter pour une soirée, et a été occidentalisé qu’en enlevant le obi, qui est la ceinture car il n’est pas toujours simple de le porter, par de la passementerie mais ça reste un kimono japonais hormis ce détail. Derrière, il y a une estampe de courtisanes pour rappeler le fait qu’il est allé à Gion. Contrairement à l’Inde et la Chine, c’est une Asie qu’il a vu, et qu’il a digéré et recréé le plus fidèlement possible. Même Kenzo admet que c’est sans doute le couturier qui a le mieux comprit la culture japonaise et le vêtement japonais.

43061469_338983919979592_6492962907611987968_n.jpg
©NipponActif

La veste Iris de 1988 est inspirée de Vincent Van Gogh, qui a son tour est inspiré de Katsushika Hokusai. Yves Saint Laurent a le tableau devant ses yeux pour redessiner cette estampe, avec même ses contours noirs typique des estampes japonaises. Avec ce rendu de la 3D en provenant de la 2D, le rendu s’approche plus de l’estampe d’Hokusai, que de la peinture de Van Gogh. La pièce concernant le Japon a une lumière beaucoup plus tamisée, Une collection riche en couleur, en histoire, un parcours idyllique dans les rêves du créateur, qui nous fait rêver à notre tour. Cette passation visuelle créée une empathie avec le couturier, qui nous emmène en voyage. Découvrez sans plus tarder une cinquantaine de pièces de collection lors de cette exposition, et il n’y a pas à appréhender cet héritage. J’ai moi-même appréhendé cette exposition de peur que l’essence de son inspiration n’en soit déstructuré, mais la très grande majorité de ce qui est exposé reste fidèle aux vêtements traditionnels que je connais, et que vous connaissez peut-être.

*Événement Facebook : https://www.facebook.com/events/431135614081772/
*Dates : du 2 octobre 2018 au 27 janvier 2019
*Lieu : Musée Yves Saint Laurent – 5 Avenue Marceau, 75116 Paris
*Billetterie et tarifs : https://billetterie.museeyslparis.com/

42763967_299287034233303_5614282039881629696_n.jpg
©NipponActif
42933053_237312250297931_5699333791185633280_n.jpg
©NipponActif
42918573_320239765225429_2604051371783094272_n
©NipponActif

Conférence presse : Paris Manga Sci-fi Show 26ème édition

Le jeudi 20 septembre 2018 s’est tenu la conférence de Paris Manga pour sa 26ème édition! C’est le plus grand salon de la pop culture, avec un programme de plus de 200 heures qui sollicitent les intervenants des pays comme la France, le Japon, la Corée et les États-Unis. Nouveau site, nouvelle directive, Ticket VIP Gold, invités de renoms, voici un extrait de cette matinée découverte!

paris-manga-2018
©ParisManga

Je me suis rendue à cette conférence avec mes deux casquettes : celui de chargée de communication pour MAGGS Expo, ainsi que celle de fondatrice et rédactrice chez Nippon Actif.
Le directeur de programmation, Yoann Boisseau, ouvre le bal, en commençant par l’annonce d’un nouveau logo et d’un nouveau site! Le logo est celui que vous pouvez apercevoir sur la photo ci-dessus. Ils vont aussi retravailler tout leur site, et en l’optimisant, pouvoir insérer les nouveaux espaces qui vont être créés IRL.

smallville-feat.jpg
©Konbini

Pour les 80 ans de Superman, Paris Manga invite le dernier acteur ayant porté le costume de Superman, Tom Welling, tout droit sorti de la série « Smallville ». Le fameux Lex Luthor le rejoint, personnage interprété par Michael Rosenbaum, ainsi que Laura Vandervoort, sa cousine.

Autre présence qui restera dans les annales, l’équipe de la série « Parker Lewis can’t loose », pour la première fois au complet à un salon, une exclusivité mondiale! On découle sur les autres séries nostalgiques des années 1990 à 2000, avec la présence d’Holly Marie Combs (Piper), l’une de nos sorcières préférées dans « Charmed », ainsi que de son mari Leo dans le film, Brian Krause de son vrai nom. Ce dernier a présenté une vidéo très spéciale uniquement pour sa venue à Paris Manga, avec un jeu d’acteur tel que l’on connaît sur l’écran. Annonçant son arrivé, avec une voix chuchotante et des bruitages arrières comme s’il se faisait attaquer… cela a bien évidemment pour rappel la série!
D’autres invités tout aussi prestigieux seront aussi présents afin de faire des dédicaces, des photoshoots, tenir des conférences, ou encore pour les meet and greet : Pom Klementieff, comédienne française qui a rejoint « Les Gardiens de la Galaxie » VOL.2, ou encore « Avengers : Infinity War » ; des invités de Comics comme Andrea Di Vito (artiste de Spider man, Gardiens de la Galaxie), Ron Lim ( dessinateur d’Infinity War, Thanos Quest), Paco Diaz (dessinateur de Spider man, Wolverine), Leila Leiz (dessinatrice d’Alters), Stephano Martino (dessinateur de Stranger Things, DC COMICS) etc…

42654649_310970246380639_1641276964247437312_n.jpg
©NipponActif

Le salon met aussi à l’honneur le Japonismes 2018. De nouveaux espaces culturels sont créés à cet effet, revalorisant la culture nippone. Il y aura des cérémonies de thé, des ateliers traditionnels, des arts martiaux, et d’autres événements à découvrir sur leur nouveau site qui devrait voir le jour sous peu. On n’oublie pas que le salon Paris Manga est beaucoup plus que des organisateurs ou des invités qui « font » le salon, mais le vrai succès se tient grâce à ses visiteurs! Et surtout les cosplayers. Une scène spécialement dédiée aux cosplays sera monté. Ont été invités les cosplayers suivants : Irine Meier, Nad, Gatz et Soalianna. Cette dernière est l’une des ambassadrices de Cosplay is not consent. Car depuis plusieurs années, des cosplayers (- cosplayeuses? ) ont des problèmes avec les visiteurs et / ou photographes des salons, et même hors convention. Des costumes impliquant parfois des ports de tenues légères, et où existent des fourberies de la part des visiteurs qui les mettent mal (photos prises sans consentements, atteinte sexuelle, insultes, et d’autres événements que certains cosplayers vivent et des souffrances qu’ils doivent éponger malgré eux). Une conférence devrait avoir lieu afin d’expliquer ce qu’est cette structure qui pourrait aider beaucoup de personnes entrant ou étant dans le monde du cosplay. En dehors de cette cellule de soutien, d’informations et d’entre-aides, sachez que le National Cosplay Cup revient pour la 4ème fois! Le grand gagnant aura un vol aller – retour gratuit pour New York ou Tokyo! En dehors du prix, l’occasion de voir défiler les plus beaux travaux de ces créateurs.

42619983_2186681838322244_2794481721947455488_n.jpg
©NipponActif

Des invités japonais qu’on ne présentent plus seront présents : Kazushige Nojima (Final Fantasy, Kingdom Hearts), Shinji Aramaki (Albator), Noriyuki Abe (GTO, Bleach, Boruto) et Atsuko Ishizuka (No Game No Life). Le groupe de rock japonais Lazy Guns Brisky donnera un concert les 20 et 21 octobre dans le salon de Paris Manga.
Rencontrez aussi les comédiens de doublage et les différents villages éditeurs mentionnés sur le site de Paris Manga.

Autres que ces renoms, les YouTubers sont toujours là! Les NOOB, Julien Fontanier, Karal, Sora, Louis-san, Re:take, Ganesh et Gonzaroo.
Côté animation habituelle : il y aura des voitures de films cultes dans lesquelles nous pourrons monter dedans pour prendre des photos, la scène Just Dance toujours fidèle au rendez-vous, l’espace jeux vidéos, le coin catch et d’autres multitudes d’endroits à visiter sur les plus de 150 exposants.

42532593_233053144234060_3379464127452807168_n
©NipponActif

Enfin, une dernière grande nouveauté : la création du Ticket VIP Gold! Tiré au sort, il n’y aura qu’UN SEUL gagnant lors du salon. Cet élu aura l’exclusivité pour la toute première fois depuis que le salon existe, de visiter les backstages du salon, l’accès aux espaces VIP accompagné / scène, les rencontres avec les invités, photos et / ou dédicaces avec les guests choisis, avoir un placement privilégié, un repas offert où il pourra manger avec certains invités, la possibilité de participer aux animations avec un coupe-file (JustDance, Voitures, Arts Martiaux, Quiz, etc…), avoir un vestiaire VIP et une salle de repos et enfin une entrée super VIP à 8H le dimanche.
Que de changements et de surprises nous attendent pour cette année, plus que les précédentes éditions j’oserai ajouter!

*Dates : 20 et 21 octobre 2018
*Tarifs : de 13,5€ à 60€
*Lieu : Porte de Versailles – 2 Place de la Porte de Versailles, 75015 Paris
*Billetterie : https://www.parismanga.fr/billetterie

42511342_1990258741035027_1026214398802264064_n.jpg
©NipponActif

 

%d blogueurs aiment cette page :