La fabuleuse histoire des manga

L’espace Le Temps des Cerises a créé une exposition à la mesure de l’appréciation que nous avons, nous français, au sujet des manga.  De sa création, au manga moderne,  le parcours installé était très instructif. Je vais synthétiser l’histoire qui se déroule du 8ème siècle à nos jours.

©Nippon Actif

Comme beaucoup le savent déjà, la France est le second pays après le Japon à être de gros consommateurs de manga à l’échelle mondiale! Du Club Dorothée à aujourd’hui, nous avons connu quelques évolutions selon les types de manga. Mais cette évolution est encore plus importante si on compare les premiers manga à aujourd’hui. 


©Nippon Actif

Je suis moi-même fan de manga! Du moins, sous son format anime et pas forcément en format de lecture. Mes premiers anime datent de mon enfance et du Club Dorothée. À cette époque je ne savais pas que c’était. Aujourd’hui, ce sont ces anime et manga qui m’ont attiré vers la culture et tradition japonaise dans son ensemble. J’ai grandi avec, et j’espère continuer à avoir la même passion que lors de ces dernières décennies. C’est d’ailleurs cela qui m’a permis de travailler à Japan Expo Paris et Marseille, ou encore Japan Party, et bientôt à la Convention Jonetsu et peut-être au Japan Tours Festival si mon autre travail me le permet. 
Je reviens au sujet principal, l’exposition. C’était sans doute celle que je ne voulais pas rater, car elle me tenait à coeur. Je sais ce qu’est un manga, du moins ceux des années 70, je ne connaissais pas les premiers manga du nom avant cette date. 


©Nippon Actif

Petite précision : Le Temps des Cerises n’est pas la boutique de vente de vêtements (contrairement à ce que j’ai pu croire…). Mais le nom d’une médiathèque se trouvant à Issy-les-Moulineaux. 
En entrant, nous sommes vite accueillis par un dragon au plafond, et divers stands de vente de produits. On s’attaque directement à l’exposition en commençant par la droite. Nous avons eu l’explication de l’origine des manga d’emblée. À l’appui, on nous dévoile des documents originaux et rares, ainsi que divers objets suscitant notre curiosité. 


©Nippon Actif

La réponse au mystère : le premier manga était sous forme d’emaki. C’est un système de narration horizontale dont les origines remontent à Nara  au 8ème siècle. L’emaki est lui aussi inspiré d’une version encore plus ancienne et se trouvant qu’en Chine : le gakan.
Voici un exemple d’emaki d’autrefois, datant de 1815, avec une histoire contée sur un rouleau d’une longueur de 6m20. On y apprend par exemple qu’il fallait environ deux semaines pour longer la route commerçante principale sur le long du littoral reliant Tokyo à Kyoto. Rien à avoir avec nos seinen d’aujourd’hui … 


©Nippon Actif

La toute première fois que le mot manga est apparu était en 1814. Douze recueils sont nés de ce mot inventé par… Hokusaï.  Même si ses manga sont différents des nôtres, nous avons innover le but du manga
En effet aujourd’hui, nous lisons les manga dans des livres à tailles ordinaires, avec toujours un sens de lecture de droite à gauche. Les maisons d’éditions françaises ont laissé ce sens pour ne pas dénaturer le travail des japonais. Nos manga contiennent des carrés blancs et noirs, même si depuis peu, nous pouvons voir quelques pages en couleur. Des phylactères (bulles où l’on fait exprimer le personnage) sont apparus qu’au 20ème siècle. De plus, nous voyons une autre distinction flagrante entre les précédents mangas et les nouveaux : les grands yeux des personnages. On pense aujourd’hui que le précurseur du manga moderne est Osamu Tezuka, le père du manga Astroboy, grand admirateur des dessins animés et des personnages de Walt Disney.


©Nippon Actif

Entre autre, nous avons pu voir l’histoire des yokai, des dérivés de ces manga tels que les jeux vidéos, les anime, les produits, etc… Longues vies aux manga

Lieu : Le Temps des Cerises – Fort d’Issy, 90-98 Prom. du Verger, 92130 Issy-les-Moulineaux
Tarif : entrée gratuite 
Date : vendredi 5 octobre 2018

©Nippon Actif

One Piece à l’Aquarium de Paris!

C’est parti pour la deuxième édition de One Piece à l’Aquarium de Paris! Cette année l’aquarium s’est associé dans le cadre du Japonismes 2018 afin de repartir à la découverte des lieux avec Luffy et son équipage. Qu’y-a-t-il à voir? Je vous explique (quasi) tout, suivez le guide!

46210076_2342869195740852_4280022879984156672_n.jpg
©NipponActif

Cela fait des années que je n’ai pas regardé les derniers épisodes de la série… et pourtant, dès qu’on me parle d’une exposition sur One Piece, je fonce sans aucune hésitation, avec tout de suite un générique qui me vient en tête : « We are! ». L’un des opening emblématiques de la série qui a fait un long chemin avec moi au lycée. C’est LA musique qui m’évoque l’aventure et l’importance de l’amitié… Ça y est, la nostalgie des meilleures années de ma vie revient à la charge!

46112820_1930847297224103_3205741144235311104_n.jpg
©NipponActif

Nulle part ailleurs l’exposition de One Piece ne devrait avoir lieu que dans son élément : la mer. Si l’on reste modeste et en vue de la logistique, on peut très aisément se contenter d’un sublime aquarium qui fait voguer les compagnons de Luffy et le capitaine sur tout le parcours. La dernière fois que les personnages étaient présents dans ce lieu, c’était en 2013. Grâce au mouvement Japonisme, nous revoilà dans les entrailles de l’océan. Et toujours dans l’un des QG préférés de mes amis et moi-même : au Trocadéro, tout autour de la majestueuse Tour Eiffel. Je suis partie avec une dizaine d’amis pour avoir des avis divergents. Certains sont encore plus fan de One Piece que moi, d’autres pas du tout.

46151526_1920872428220451_753109205249949696_n.jpg
©NipponActif

Arrivé dans l’antre de l’Aquarium, quelques marches qui nous séparent du premier décor imposant de One Piece. Une partie du plafond couvert de drapeaux One Piece, Zoro et Chopper qui nous accueillent, et plein de décors rappelant la piraterie de l’anime. Si je m’attaque dorénavant au coeur du sujet, beaucoup d’internautes se sont posés la question de ce qu’on pourrait voir dedans pour la somme de… 20,50€ (tarif plein). Oui, ce n’est pas une modique somme.
Je vous dis d’emblée ce qui n’a pas manqué lors de ce parcours : beaucoup de spot photos. Des photos avec Luffy, Chopper, Zoro, derrière une barque cartonnée, ou encore derrière une barre de gouvernail, on vous laisse vous amuser! Malheureusement, l’éclairage est relativement tamisé… c’est pour le confort de nos petites bêtes, on peut bien sacrifier la qualité d’image pour leur bien-être! Toutes les photos que j’ai prises est à partir de mon portable Samsung S7 Edge, et je trouve qu’on s’en est bien sorti. J’ai lu sur l’événement que j’ai créé avec l’accord de l’Aquarium, que certains internautes avaient eu l’idée de se cosplayer… honnêtement, c’est une excellente idée! Faire un shooting dedans est totalement possible. Je suis allée un samedi à 16h, où nous avions le temps et l’espace pour profiter un maximum de ces spots. Silhouettes, statues imposantes et stickers des divers personnages, l’équipage vous suit tout le parcours.

46149588_2010462555917214_510874746267631616_n.jpg
©NipponActif

Les enfants de 3 à 12 ans pouvaient participer à divers ateliers : cours d’origami, réalisation de set de table ou de coffre de pirates, avec lesquels ils pouvaient repartir! Il est fort dommage qu’il y en est pas eu pour les grands enfants, tels que mes amis et moi-même. Nous nous contenterons pour notre part d’un parcours pédagogique! Certains personnages de One Piece sont identifiés aux poissons qu’on voit nager juste derrière, un système ingénieux, pragmatique et informatif. Il y avait aussi très peu de figurines : une seule était au centre d’un dôme pendant le parcours, et le reste était dans à la boutique. Ces derniers étaient en vente.

46217136_2434768363206144_7070172517528240128_n.jpg
©NipponActif

Enfin pour se reposer, il y avait une salle pour regarder quatre épisodes de One Piece tirés de l’Arc de l’Île des hommes-poissons :
– Débarquement sur l’Île des hommes-poissons, le chant des sirènes ;
– Le roi de l’Île des hommes-poissons, Neptune, Dieu des océans! ;
– La bataille finale du palais Ryugu, Zoro contre Hody ;
– Protéger la princesse à tout prix, Decken le coriace!
Vous comprendrez le prix, ou non. La grande majorité de mes amis ont apprécié le parcours. Cela ne fait pas l’humanité quand on n’est logiquement pas fan de la série. Mais nous ne sommes pas à One Piece Land (ne cherchez pas sur internet, un tel lieu n’existe (toujours) pas). Mais bien à l’Aquarium pour découvrir des milliers d’espèces, en addition logique à un anime qui le représente à sa juste valeur! À vous de décider si le prix en vaut la chandelle avec les photos que j’ai prises.

46263975_295429117738470_4471281793764425728_n.jpg
©NipponActif

Partez à la découverte des êtres vivants de l’océan, bon vent!

PS : et non, je n’ai pas trouvé le One Piece à l’Aquarium de Paris… vous aurez peut-être plus de chance!

Lieu : L’Aquarium de Paris – 5 avenue Albert de Mun 75016 Paris
Tarifs :13€ à 20,5€
Billetterie : http://cineaqua.com/nos-tarifs/
Dates : du 7 octobre au 30 novembre 2018

 

Conférence presse : Paris Manga Sci-fi Show 26ème édition

Le jeudi 20 septembre 2018 s’est tenu la conférence de Paris Manga pour sa 26ème édition! C’est le plus grand salon de la pop culture, avec un programme de plus de 200 heures qui sollicitent les intervenants des pays comme la France, le Japon, la Corée et les États-Unis. Nouveau site, nouvelle directive, Ticket VIP Gold, invités de renoms, voici un extrait de cette matinée découverte!

paris-manga-2018
©ParisManga

Je me suis rendue à cette conférence avec mes deux casquettes : celui de chargée de communication pour MAGGS Expo, ainsi que celle de fondatrice et rédactrice chez Nippon Actif.
Le directeur de programmation, Yoann Boisseau, ouvre le bal, en commençant par l’annonce d’un nouveau logo et d’un nouveau site! Le logo est celui que vous pouvez apercevoir sur la photo ci-dessus. Ils vont aussi retravailler tout leur site, et en l’optimisant, pouvoir insérer les nouveaux espaces qui vont être créés IRL.

smallville-feat.jpg
©Konbini

Pour les 80 ans de Superman, Paris Manga invite le dernier acteur ayant porté le costume de Superman, Tom Welling, tout droit sorti de la série « Smallville ». Le fameux Lex Luthor le rejoint, personnage interprété par Michael Rosenbaum, ainsi que Laura Vandervoort, sa cousine.

Autre présence qui restera dans les annales, l’équipe de la série « Parker Lewis can’t loose », pour la première fois au complet à un salon, une exclusivité mondiale! On découle sur les autres séries nostalgiques des années 1990 à 2000, avec la présence d’Holly Marie Combs (Piper), l’une de nos sorcières préférées dans « Charmed », ainsi que de son mari Leo dans le film, Brian Krause de son vrai nom. Ce dernier a présenté une vidéo très spéciale uniquement pour sa venue à Paris Manga, avec un jeu d’acteur tel que l’on connaît sur l’écran. Annonçant son arrivé, avec une voix chuchotante et des bruitages arrières comme s’il se faisait attaquer… cela a bien évidemment pour rappel la série!
D’autres invités tout aussi prestigieux seront aussi présents afin de faire des dédicaces, des photoshoots, tenir des conférences, ou encore pour les meet and greet : Pom Klementieff, comédienne française qui a rejoint « Les Gardiens de la Galaxie » VOL.2, ou encore « Avengers : Infinity War » ; des invités de Comics comme Andrea Di Vito (artiste de Spider man, Gardiens de la Galaxie), Ron Lim ( dessinateur d’Infinity War, Thanos Quest), Paco Diaz (dessinateur de Spider man, Wolverine), Leila Leiz (dessinatrice d’Alters), Stephano Martino (dessinateur de Stranger Things, DC COMICS) etc…

42654649_310970246380639_1641276964247437312_n.jpg
©NipponActif

Le salon met aussi à l’honneur le Japonismes 2018. De nouveaux espaces culturels sont créés à cet effet, revalorisant la culture nippone. Il y aura des cérémonies de thé, des ateliers traditionnels, des arts martiaux, et d’autres événements à découvrir sur leur nouveau site qui devrait voir le jour sous peu. On n’oublie pas que le salon Paris Manga est beaucoup plus que des organisateurs ou des invités qui « font » le salon, mais le vrai succès se tient grâce à ses visiteurs! Et surtout les cosplayers. Une scène spécialement dédiée aux cosplays sera monté. Ont été invités les cosplayers suivants : Irine Meier, Nad, Gatz et Soalianna. Cette dernière est l’une des ambassadrices de Cosplay is not consent. Car depuis plusieurs années, des cosplayers (- cosplayeuses? ) ont des problèmes avec les visiteurs et / ou photographes des salons, et même hors convention. Des costumes impliquant parfois des ports de tenues légères, et où existent des fourberies de la part des visiteurs qui les mettent mal (photos prises sans consentements, atteinte sexuelle, insultes, et d’autres événements que certains cosplayers vivent et des souffrances qu’ils doivent éponger malgré eux). Une conférence devrait avoir lieu afin d’expliquer ce qu’est cette structure qui pourrait aider beaucoup de personnes entrant ou étant dans le monde du cosplay. En dehors de cette cellule de soutien, d’informations et d’entre-aides, sachez que le National Cosplay Cup revient pour la 4ème fois! Le grand gagnant aura un vol aller – retour gratuit pour New York ou Tokyo! En dehors du prix, l’occasion de voir défiler les plus beaux travaux de ces créateurs.

42619983_2186681838322244_2794481721947455488_n.jpg
©NipponActif

Des invités japonais qu’on ne présentent plus seront présents : Kazushige Nojima (Final Fantasy, Kingdom Hearts), Shinji Aramaki (Albator), Noriyuki Abe (GTO, Bleach, Boruto) et Atsuko Ishizuka (No Game No Life). Le groupe de rock japonais Lazy Guns Brisky donnera un concert les 20 et 21 octobre dans le salon de Paris Manga.
Rencontrez aussi les comédiens de doublage et les différents villages éditeurs mentionnés sur le site de Paris Manga.

Autres que ces renoms, les YouTubers sont toujours là! Les NOOB, Julien Fontanier, Karal, Sora, Louis-san, Re:take, Ganesh et Gonzaroo.
Côté animation habituelle : il y aura des voitures de films cultes dans lesquelles nous pourrons monter dedans pour prendre des photos, la scène Just Dance toujours fidèle au rendez-vous, l’espace jeux vidéos, le coin catch et d’autres multitudes d’endroits à visiter sur les plus de 150 exposants.

42532593_233053144234060_3379464127452807168_n
©NipponActif

Enfin, une dernière grande nouveauté : la création du Ticket VIP Gold! Tiré au sort, il n’y aura qu’UN SEUL gagnant lors du salon. Cet élu aura l’exclusivité pour la toute première fois depuis que le salon existe, de visiter les backstages du salon, l’accès aux espaces VIP accompagné / scène, les rencontres avec les invités, photos et / ou dédicaces avec les guests choisis, avoir un placement privilégié, un repas offert où il pourra manger avec certains invités, la possibilité de participer aux animations avec un coupe-file (JustDance, Voitures, Arts Martiaux, Quiz, etc…), avoir un vestiaire VIP et une salle de repos et enfin une entrée super VIP à 8H le dimanche.
Que de changements et de surprises nous attendent pour cette année, plus que les précédentes éditions j’oserai ajouter!

*Dates : 20 et 21 octobre 2018
*Tarifs : de 13,5€ à 60€
*Lieu : Porte de Versailles – 2 Place de la Porte de Versailles, 75015 Paris
*Billetterie : https://www.parismanga.fr/billetterie

42511342_1990258741035027_1026214398802264064_n.jpg
©NipponActif

 

Artistes Cosplay : Nantoka Cosplay

Je vous avais déjà défini ce qu’était le cosplay dans un précédent article : Interview de la cosplayeuse Sheya. Cette même cosplayeuse qui a souhaité que j’interview un duo de cosplayers, qui se nomme Nantoka Cosplay. Et c’est avec une immense joie qu’ils ont acceptés de nous parler de leur passion, sans restriction!

marie.jpg
©Marie

Une équipe soudée au-delà de l’imaginaire

Interview 

Nippon Actif : pouvez-vous me faire une présentation générale de qui vous êtes ?
Laura 
: alors, moi c’est Laura, j’ai tout juste 25 ans, je vis à Paris depuis toujours et je suis illustratrice de formation. Par simplicité, j’ai gardé mon nom dans le monde du cosplay.
Kenny : Et moi du coup je m’appelle Eliott, j’ai 26 ans, je vis à Paris également mais je suis originaire de Martinique. Dans « la vie réelle » je suis animateur sur les films 3D. Mon pseudo est Kenny dans le monde du cosplay. Avec Laura, on s’est connu au lycée, on est amis de longue date.

Nippon Actif : à quel âge vous est-il venu l’idée de faire du cosplay ? 
Laura 
: ma première Japan Expo était avec ma mère en 2007. J’y ai découvert les cosplays et les concours, puis j’ai commencé à m’y intéresser petit à petit. Mon premier cosplay a été acheté 2 ans plus tard sur place. Il était très bien mais je me trouvais horrible dedans ! Après ça, j’ai voulu continuer en prenant mon temps. Plus tard, je me suis lancée dans le fait-main, parce que je ne voulais plus acheter de costumes : trop chers pour moi (enfin, pour ma mère surtout) à l’époque.
Kenny : j’ai toujours aimé les anime, les mangas et le Japon en général, alors quand j’ai vu une convention spécialement dédiée sur ce thème, j’y suis allé sans hésiter. C’était en 2008, à Chibi Japan Expo de Montreuil. J’ai vu plein de cosplayers, j’ai trouvé ça génial. Alors dès ma deuxième convention (la Japan Expo suivante), je portais déjà mon premier cosplay fait-main. C’est ma mamie qui m’a initié à l’art de la couture [haha].

Nippon Actif : qu’est-ce qui vous a donné l’envie de vous initier aux fait-mains dans les costumes?
Laura : alors déjà , la déception d’avoir porté un cosplay acheté dans lequel je ne me sentais pas à l’aise, parce que pas ajusté à ma morphologie. Ensuite, le fait d’avoir vu plein de concours et de cosplayers en chair et en os qui semblaient s’amuser en faisant ça, ça m’a vraiment motivé à me lancer dans le fait-main ! C’est très gratifiant de se dire qu’on a réussi à reproduire le costume d’un personnage qu’on aime, mais aussi réussi à l’incarner. Ce n’est pas forcément la solution la moins chère au final [haha], mais on peut vraiment créer son costume comme on l’entend, ajouter des détails, etc… Encore aujourd’hui, je suis toujours dans le défi personnel, je veux toujours faire mieux que précédemment. De surcroît, c’est un bon moyen d’améliorer plein de compétences et j’aime être polyvalente.
Kenny : contrairement à Laura, je n’ai jamais acheté de costume quand j’ai débuté le cosplay. Je pense que oui, je peux vraiment parler de passion pour la couture. Ma mamie m’a beaucoup aidé pour les premiers cosplays, et très vite j’ai pris le coup de main. Je préfère le fait-main, on garde une maîtrise sur son costume, il est forcément ajusté pour notre taille, on a le choix des tissus que l’on veut travailler, et quand je vois certains prix pour des cosplays, je me dis qu’on y gagne clairement à les faire soi-même. J’ai quand même acheté quelques cosplays depuis, en les réajustant à ma morphologie. Mais c’est moins amusant ! Et personnellement j’en retire moins de satisfaction qu’avec un cosplay entièrement fait-main.

Nippon Actif : quand est-ce que vous avez commencé à être en binôme pour le cosplay? Pensez-vous continuer à être une équipe dans les années à venir?
Laura et Kenny : alors ! Cela nous fait creuser loin dans les souvenirs !
Notre premier duo remonte en 2011. C’était à Paris Manga, en Rin et Shiemi (de Blue Exorcist).
En terminal, on est devenu des amis très proches, et on s’est découvert cette passion commune pour le cosplay. Nous avons décidé de tester le cosplay en duo. On a bien accroché, 7 ans que ça dure ! Les études nous ont géographiquement bien éloignés, mais on a continué d’avoir des projets en commun pour se retrouver lors des conventions. Même maintenant que l’on travaille, on continuera ensemble encore un long moment.

gilsandcosplay.jpg
©Gilsandcosplay

Nippon Actif : quel est votre cosplay préféré jusqu’à présent ?
Laura : c’est dur de devoir en choisir qu’un seul. J’aime toujours le dernier que je suis entrain de faire ! Mais je me rends compte en parallèle de tous les défauts, et paradoxalement, je ne les aime plus au fur et à mesure des points négatifs que j’y décèle… Mais bon, je dirais : Agnès Oblige (Bravely Default) ! Parce qu’il reste un des mieux réalisés en date, et aussi parce qu’Agnès est un personnage qui me ressemble beaucoup au niveau de ma personnalité.
Kenny : mon costume préféré c’est depuis peu, celui de Deku ! C’est celui dont je suis le plus fier et sur lequel j’ai passé le plus de temps (entre la couture, les props,..). J’adore incarner ce personnage ! Cependant, j’ai toujours un petit attachement sentimental pour mon cosplay de Rin Okumura (Blue exorcist), le premier duo avec ma Laura !

Nippon Actif : avez-vous une bonne et / ou mauvaise anecdote à raconter dans le monde du cosplay?
Laura : heureusement plus de bonnes que de mauvaises anecdotes ! Je ne pourrais pas en citer une en particulière, mais ce qui est génial, c’est quand on rencontre des fans de cet univers que nous « cosplayons« , qui sont carrément émus de nous voir. Je me souviens d’une fille qui avait même pleuré en nous voyant en Rin et Shiemi (Blue Exorcist). C’était touchant, mais aussi très déconcertant ! Sinon, mes meilleurs souvenirs restent avec les personnes que j’ai pu rencontrer dernièrement et bien évidemment Kenny.
En mauvaise anecdote, rien de grave, mais j’ai remarqué que beaucoup de photographes se disant passionnés et qui d’après leur dire ne sont pas là pour « draguer », étaient justement là… pour draguer. Vous savez, c’est la fin de journée, votre make-up coule, votre perruque gratte, vous remettez constamment votre costume en place, vous êtes fatigué, et là, vous en entendez un photographe vous bombarder de compliments de façon exagérer… c’est démoralisant. Par là je veux dire que beaucoup de photographes sont très insistants. On sent que leurs compliments sont plus intéressés qu’honnêtes. Heureusement cela reste une minorité…
Kenny : niveau bonne expérience, je dirais que cela concerne mon premier groupe il y a quatre ans. J’étais hyper timide et c’était dur d’aller vers les gens. On se demandait tout le temps comment les personnes faisaient pour avoir un grand nombre de groupe, où tout le monde se connait. Alors un jour, on a décidé de faire partie d’un groupe. On a rencontré des personnes formidables avec qui nous sommes toujours amis. C’était le déclic! Depuis, on a rencontré beaucoup de monde et nous sommes plus à l’aise qu’avant !
En points négatifs : *lors de la dernière convention à Paris Manga où je suis allé, je me suis fait voler un katana! Qui en plus était mon cadeau d’anniversaire… je l’ai encore en travers de la gorge. Ce dernier fait m’a rendu parano avec mes affaires !
*à une autre convention, je devais faire parti d’un groupe qui n’accepte pas les « doublons ». Un jour quand je les ai rejoint, le personnage que j’incarnais, était aussi présent dans de ce rendez-vous… le groupe n’a donc pas voulut de moi, étant un doublon! Alors qu’on discutait de l’organisation ensemble depuis plusieurs mois et même une semaine avant l’événement.  D’une impolitesse rare!
Heureusement que ce genre de mésaventures n’arrivent que très rarement. J’ai connu largement plus de positifs que des événements négatifs.

Nippon Actif : avez-vous un quelconque message fort à passer aux cosplayers et / ou aux futurs cosplayers?
Laura et Kenny : en message fort, on a envie de dire aux gens (qu’ils soient cosplayers ou pas encore), que le cosplay c’est avant tout fait pour s’amuser, rencontrer des gens, passer et partager de bons moments entre passionnés. Mais c’est un univers qui a aussi ses aspects négatifs dont il faut en prendre conscience (comme l’histoire avec les photographes qui ne sélectionnent quasiment que des modèles féminins aux tenues légères…), des cosplayers faisant le tri des personnes qui les entourent, les gens qui jugent à mal lorsqu’un cosplayer n’a pas la même morphologie, taille, âge, sexe, couleur de peau que le personnage qu’ils incarnent, etc… On ne le répétera jamais assez, le cosplay c’est pour tout le monde !!! Néanmoins ces points négatifs ne doivent pas être un frein. Il faut passer au-dessus et tout simplement faire ce qu’il nous plait, c’est le secret de la motivation !

Nippon Actif : pouvez-vous nous dévoiler vos futurs projets cosplays?
Laura et Kenny : comme tout bon cosplayer qui se respecte, on a beaucoup trop de futurs projets en duo. En parallèle, deux listes encore plus longues de projets en solo [haha] ! Pour les duo qui sont sûrs à 100%, nous avons : Pidge et Shiro Paladin (Voltron) et Lelouch et Suzaku (Code Geass) qui sont de gros projets qui vont nous prendre un moment, pour être bien réalisé.
En solo, nous avons pour Laura : Himari Princesse (Mawaru-penguindrum), Asuka (Evangelion), Starfire (Teen Titans). Pour Kenny : Mysterion (South Park), Keith Blade of Marmora (Voltron), Miguel (Coco). Rien que d’écrire tout cela, ça nous donne le vertige !

Nippon Actif : quelles sont les futurs conventions où nous pourrions vous rencontrer?
Laura et Kenny : on sera présent à Harajuku à Paris en septembre, à Paris Manga en octobre, à la Y/Ycon à Villejuif en décembre. Puis Paris manga de février 2019, Japan Party à Nanterre en avril, bien sûr à Japan Expo 2019 et cette année on aimerait aussi tenter une convention sur Lyon. Des amis nous on dit que du bien des conventions qui se déroulent là-bas.

Nippon Actif :  qui souhaiteriez-vous que j’interview pour un prochain article dans le monde du cosplay?
Laura et Kenny 
: on pense à deux cosplayeuses qui sont soeurs jumelles : Sadae Cosplay  et Snips Cosplay.

okane hana.jpg
©OkaneHana

Sacré travail qu’ils ont effectués jusqu’à présent. Leurs futurs projets sont tout autant ambitieux, mais je suis confiante quant à la finalisation de leurs projets! Je remercie l’équipe Nantoka Cosplay d’avoir accordé beaucoup de votre temps afin de répondre à l’interview. Votre dynamisme se lit, votre expérience feront rêver plus d’un! Et au passage vous soulevez un point intéressant qui mérite d’être discuté.

IMPORTANT

Le dangereux problème d’une minorité de fâcheux photographes qui ne sont pas là qu’à titre « professionnel ». On en rencontre peu de ce genre lors des conventions, mais ils ne passent pas du tout inaperçus malheureusement. Sachez que pendant plusieurs années, travaillant aussi à Japan Expo, on m’a certifié que beaucoup de photographes étaient blacklistés du salon… Mais il en né de nouveaux. Lors de la dernière convention de juillet 2018, une jeune cosplayeuse est parti portée plainte contre un photographe qui prenait des clichés obscènes… elle a eu gain de cause. Le photographe a été placé en garde à vue.
Si comme elle vous observez ou vivez des choses peu recommandables avec ce milieu lors des salons : adressez-vous aux vigiles du salon qui se trouvent près des sorties! Ou un STAFF qui trouve une solution immédiate! Ne laissez pas passer, et n’allez pas vous plaindre (uniquement) sur les réseaux sociaux s’il vous plaît. La sécurité et l’intégrité de plusieurs d’entre vous est mis en danger. On ne relèvera pas énormément de ce cas chaque année, mais il y en a tout de même.

japactu (2)
©Japactu

Si vous souhaitez voir d’autres photos de leur travail, suivez leur page Facebook : Nantoka Cosplay

Mai.jpg
©Mai

lechaotiquepaysimaginaire.JPG
©LeChaotiquePaysImaginaire

kenny (1).jpg
©Kenny

Samuel Demeleumeester.jpg
©SamuelDemeleumeester

maikiyo.jpg
©Maikiyo

pepin photo 2.jpg
©Pepin

LOL

cosplay univers.jpg
©CosplayUnivers

kenny
©Kenny

hervé wolfer.jpg
©HervéWolfer

L’Attaque des Titans Film 3 – 進撃の巨人 ~覚醒の咆哮

Le troisième film de l’Attaque des Titans revient sur nos écrans parisiens, et en exclusivité européenne ! Cette avant-première a été projeté dans la mythique salle du Grand Rex le mercredi 11 juillet 2018.

37282138_10216437582991282_6159372819206504448_n.jpg
©NipponActif    Photo prise du balcon

Le Grand Rex fait partie des monuments historiques depuis 1981, en vue de sa salle et de son ensemble architecturale. Il peut accueillir 2702 personnes dans sa grande salle (sans compter la salle annexe).
Le film a donc été projeté sur l’écran large du Grand Rex, cependant nous avons occupé que le balcon (1300 places), pour le confort visuel. Car en effet, l’écran est le plus grand de France : 24,9 mètres de largeurs, et 11,35 mètres de longueurs. Il se déroule uniquement lors des séances de film dite au « Grand Large ».

37261516_10216437933440043_1131379439003762688_n.jpg
©NipponActif       Goodies offert lors de la séance

Dès l’entrée du cinéma, un goodies a été offert, ainsi qu’un flyer sur le film. L’installation a été rapide, il y avait une très bonne ambiance dans la salle, et certains spectateurs ont fait l’immense honneur d’être cosplayés (habillés comme les personnages de l’anime). Ce n’est pas la première fois que le film de la même série est projetée au Grand Rex. Et cette fois encore, il a eu autant de succès. Quasiment tous les sièges étaient occupés, et d’autres personnes sans billet attendaient dehors patiemment afin de pouvoir en acheter en cas de désistement des détenteurs du billet. Le succès était tel!

visual_01_pc.png
©http://shingeki.tv/movie_season2/  Affiche du film

Je ne souhaite pas spoil le film, mais sachez qu’il était aussi trépident que les précédents. On ne se contente pas uniquement de regarder un film, mais on profite de l’acoustique que nous offre la salle, et surtout de l’ambiance de tous les spectateurs. S’en est suivi le premier épisode de la saison 3 de l’anime, pour finir cette belle soirée! Nous attendons avec impatience le reste des épisodes et le futur film!

Tarif : 15€ – inclus billet d’entrée et un goodies (dessous de verre Attack on Titans)
Site : https://www.parislovesanime.com/

Japan Expo 19ème Impact

Japan Expo est le deuxième salon le plus connu au monde, après le fameux Comiket qui se déroule sur l’île artificielle d’Odaiba, à Tokyo. Des salons dédiés aux manga, jeux vidéos, science-fictions et aux cosplays. Un retour sur la convention qui a eu lieu en banlieue parisienne, au Parc des Expositions.

36902164_10216375771766040_6891406950647463936_n
©NipponActif        Cosplayeuse

Un salon qui a une reconnaissance majeure d’année en année, diffuseur de la pop-culture et d’une spécificité unique lié au Japon jonglant entre animations, ventes, avant-premières, dédicaces, rencontres, cosplays, etc… Après sept années de travail à Japan Expo, je voulais revivre l’expérience en tant que visiteur. Ayant été sous contrat, je ne peux pas dévoiler tous les backstages, mais peut-être que je parlerai de mon expérience dans un prochain article. Mais c’est en toute objectivité que je vais le plus brièvement possible, raconter mon passage à Japan Expo Paris, le Dimanche 8 Juillet 2018.

Pour éviter la foule immense qui peut remplir jusqu’à deux hangars du Parc des Expositions, je m’y suis rendue à midi. Un chemin sans arrêt du début de la file jusqu’à l’entrée du salon. Comparé aux années précédentes, il n’y avait pas de chaleur écrasante dans le salon même. Je remarque aussi qu’il y avait moins de foule qu’habituellement. On circulait très aisément, sans trottiner. Il y a toujours autant de stands exposants qui vendent leurs produits à des prix excessifs, sans aucune surprise. Certains avec qui j’ai pu discuter me confieront sans trop de mal qu’ils aient eu moins de chiffres qu’habituellement, que l’emplacement leur coûtait trop cher, donc inévitablement les exposants augmentaient à leur tour le tarif des produits qu’ils vendaient.

Mais la programmation reste tout de même très intéressant, comme chaque année. En dehors du salon, Japan Expo organise aussi des films d’animations en avant-premières, des soirées, des concerts, etc…

36868171_10216375774126099_921096667665530880_n.jpg
©NipponActif   Préparation pour la démonstration de taiko

Pour ce dimanche, il y avait l’ECG (European Cosplay Gathering) pour la sélection française, permettant au meilleur cosplayer de gagner un lot. Japan Expo est l’occasion d’apercevoir beaucoup de visiteurs costumés en des personnages de manga ou science-fiction. Impressionnant est leur travail, et indispensable est leur présence. J’ai aussi pu voir certains crossplay. Le principe du crossplay est que les femmes s’habillent en personnages de manga masculin, et les hommes, en personnage féminin.
Nous avons aussi eu en showcase la chanteuse des génériques de l’Attaque des Titans et Blue Exorcist, Mika KOBAYASHI. Les sorties des anime 2018 et 2019 ont été annoncés, suivit d’un karaoké géant. Des masterclass ont été tenus comme par exemple ceux de Kimitoshi YAMANE et Toshihiro KAWAMOTO. Sans compter les ateliers, des démonstrations de sport, de musique, de danse, d’instruments, etc…

La conférence de clôture tenue par les fondateurs de Japan Expo, Jean-François DUFOUR et Thomas SIRDEY, s’est déroulée en deux parties. En première partie, la présentation et le travail de cette année. S’ensuit des questions / réponses avec le spectateur. Beaucoup de réclamations sous forme de questions ont été posés. Questions à laquelle il y a eu des réponses, mais qui ne satisfaisaient pas forcément le public. Que cela soit sur les prix des billets / badges, des badges qui ne fonctionnent plus arrivé au point dédicace, et où l’on envoie le visiteur à l’autre bout du hall afin d’activer formellement son badge, les problèmes d’accès pour les personnes à mobilité réduite, les exposants qui sont mécontents des services qu’on leur offrent lors des quatre jours du festival, etc… Les fondateurs ont eux-même soulevés quelques problèmes techniques lors du salon (comme l’ascenseur qui ne fonctionnait pas). Mais les réponses apportées aux questions, visées plutôt le STAFF festivaliers. À savoir que Japan Expo recrute 450 personnes chaque année. Selon les fondateurs, le staff saisonnier peut aussi être inefficace, du fait de leur jeune expérience. Tous les anciens membres ne sont pas forcément rappelés, et aucun motif n’est donné. Les fondateurs avouent sans peine que si certains problèmes soulevés sont consolidés, de nouveaux arriveront, car ils veulent tenter de nouvelles choses. On oserait se demander si justement la valeur sûre n’est pas de (re)travailler les systèmes mises en place pour atteindre la perfection. Mais nous aurons compris que ce n’est pas le but de ces derniers.

36869956_10216375767645937_5144837737857155072_n.jpg
©NipponActif   Jean-François DUFOUR et Thomas SIRDEY

Dans la deuxième partie de la conférence, on nous a prédit une surprise pour l’année prochaine, une exclusivité. Car effectivement, juillet 2019 sera le 20ème anniversaire du salon! Nous aurons toujours les mêmes programmes, avec d’autres artistes qui viendront, des dédicaces, des rencontres, un concert gratuit qui aura lieu en soirée (sans nous dévoiler les artistes étant donné que les contrats n’ont toujours pas été signés), ET! Ils ont aussi précisés que cela fait cinq ans que les tarifs des billets d’entrées n’avaient augmentés… Chose qui changera dès l’année prochaine! Car ils augmenteront le prix des billets de 2€ tous les jours (voir les tarifs en fin d’article). Tarifs augmentés pour l’anniversaire? Nomenclature économique? Les raisons apportées étaient floues. Les prix des badges augmenteront aussi, et un nouveau badge unique fera son entrée juste pour 2019 : un pass anniversaire à 300€. Qu’est-ce que ce badge apporte de plus que les badges déjà existant? Une visite dans les coulisses de Japan Expo, un jour avant l’ouverture publique, accompagné des fondateurs pour commenter la visite. Plus de goodies (ou de meilleurs goodies que le badge Zen et Zen+?), accès à l’espace lounge, permettant d’avoir un en-cas, et un confort optimal pour se reposer à l’écart du bruit, et bien d’autres privilèges. Attention, ce badge 20ème anniversaire sera limité,  seulement 6 personnes auront ce « privilège »! Dans quelques jours, ces informations seront mises à jour sur leur site. C’est donc avec impatience que nous verrons l’expérience de ceux qui ont voulu en profiter. Quelque chose me dit que dès son apparition en vente, ces 6 billets vont rapidement partir malgré son prix.

À l’année prochaine Japan Expo! Pour ses réussites et ses déboires…

Message personnel de fin : merci aux visiteurs qui m’ont reconnu alors que je ne portais pas mon gilet Japan Expo, un grand plaisir d’avoir revu une partie du staff, ainsi que les exposants. À l’année prochaine sûrement!

Tarifs 2019

Prévente :
Jeudi 4 Juillet 2019 : 17€
Vendredi 5 Juillet 2019 : 14€
Samedi 6 Juillet 2019 : 24€
Dimanche 7 Juillet 2019 : 19€

Pass 4 jours : 60€

Billet Zen : 104€
Billet Zen + ECG : 134€
Billet Zen + Confort : 200€

Pass Spécial 20 Ans : 300€

Lien pour l’achat des billets : https://www.japan-expo-paris.com/fr/ticketing/JEP2019

 

Artiste cosplayeuse : Sheya

34583156_10213901456625358_2084601452726059008_n
@André Sheya Cosplay

Le Japon a dans son monde du divertissement, un loisir atypique et unique au monde : le cosplay (コスプレ). Un univers particulier qui permet à des personnes de se déguiser en leurs personnages préférés, de manga, films, séries ou encore de jeux vidéos! Que vous soyez dans les rues de Shibuya à Tokyo, ou dans les conventions manga ou de pop culture, vous avez inévitablement croisé bon nombre de cosplayer. Pour notre plus grand bonheur visuel, nos personnages préférés sortent en IRL (= In Real Life). J’ai eu le plaisir de discuter avec l’une des cosplayeuses qui a abouti un travail personnel et complet dans les costumes qu’elle porte, et dont le rêve d’évoluer dans ce monde ne s’arrêtera pas à là.

Quand le virtuel rejoint le monde réel

34386819_10213901459905440_5645885916779118592_n
@PierreKieffer Sheya Cosplay

Interview

Nippon Actif : peux-tu me faire une présentation générale de qui tu es?
Sheya : je m’appelle Marion et j’ai 23 ans ! Mon pseudo sur internet c’est Sheya. J’habite à Montréal depuis presque 1 an, mais je vis au Québec depuis 4 ans (originaire de France avant déménagement).

Nippon Actif : à quel âge t’es venu l’idée de faire du cosplay? Grâce à qui ou quoi tu as voulu t’initier à faire tes propres costumes fait-main?
Sheya : je me suis intéressée au cosplay à l’âge de 14 ans, lorsque j’ai découvert ça à ma toute première Japan Expo, en 2009. Avant cela, il me semble que je ne savais même pas que ça existait. J’ai sauté le pas à Japan Expo 2010, où j’ai craqué et acheté un cosplay sur place (on fait tous des erreurs !). Il n’était vraiment pas terrible mais à l’époque j’étais super contente. Après ça, je crois qu’il a fallu attendre mes 17 ans pour que je m’y mette réellement. J’ai acheté un autre cosplay, cette fois sur internet et sur mesure, la perruque, et tous les accessoires qui allaient avec.
Ma grand-mère était couturière de métier. Alors un jour je me suis dit que j’aimerais aussi faire par moi-même les costumes. Je lui ai donc demandé de m’aider ! Elle m’a apprise toutes les bases ainsi que l’utilisation de la machine à coudre. Je lui dois beaucoup ! J’ai aussi eu pas mal de conseils de mes amies, et sans toutes ces personnes, je n’en serais sûrement pas là.

Nippon Actif : quel a été ton cosplay préféré jusqu’à présent?
Sheya : mon cosplay préféré… Je dirai pour les costumes achetés que c’est Maki Nishikino ver. Cheongsam Idolized (Love Live! School Idol Project) et pour le fait-main, Lucy Heartfilia ver. Grands Jeux Magiques (Fairy Tail) ! J’ai tout de suite flashé sur le design de Maki ! Mais le faire moi-même me serait revenu 3 fois plus chère que de l’acheter…. Alors je n’ai pas hésité longtemps. Pour Lucy, je ne sais pas pourquoi mais j’ai toujours adoré sa tenue. C’est avec elle que j’ai appris le plus de choses en couture ! Faire un patron, des covers boots, un bustier, etc… C’était très enrichissant, et je pense que c’est mon plus beau cosplay à ce jour !

Nippon Actif : as-tu eu une mauvaise et / ou bonne anecdote avec le monde du cosplay?
Sheya : en positif – J’ai pas mal d’anecdotes reliées au cosplay ! Les deux meilleures sont celles-ci : à Japan Expo 2017, j’étais en train de faire un shooting avec les filles de mon groupe à l’extérieur. Un cosplayeur s’est arrêté pour nous regarder. Mais plus je le voyais, plus je me disais qu’il avait l’air d’attendre quelque chose, parce que ça faisait un moment qu’il était là. Peut-être qu’il voulait parler aux photographes? Je lui ai sourit, et là, il s’est avancé vers moi pour me demander un selfie. J’étais super choquée ! Je me souviens lui avoir dit : « Attends, tu es là depuis 10 minutes juste pour avoir un selfie avec moi ? ». Ça arrive qu’on me reconnaisse, mais c’était la première fois que quelqu’un attendait pour me voir, et j’avais vraiment été très touché ! Surtout qu’il m’a dit qu’il aimait beaucoup ce que je faisais, et que mes cosplays lui plaisaient beaucoup ! J’étais très flattée, surtout que son cosplay à lui était tellement parfait ! Encore maintenant quand j’en parle j’ai les larmes aux yeux (oui je suis émotive…) ! La deuxième anecdote, c’est quand j’ai gagné mon premier concours cosplay avec 2 amies à une convention cette année (2018). Je n’avais jamais participé à un concours avant. Je suis quelqu’un qui me met énormément de pression, et les concours étaient une source d’angoisse terrible pour moi. Monter sur scène ? Je n’y pensais même pas ! Mais mes 2 amies m’ont encouragés à venir avec elles, et je me suis dit que tant qu’à tenter, autant le faire avec d’autres personnes ! Au final, c’était super ! J’ai eu beaucoup de stress pendant la confection du costume, mais le reste s’est très bien passé ! J’avais aussi très peur car les filles n’avaient encore jamais perdu de concours, et étaient déjà rendu à la catégorie artisan (catégorie au Québec, l’avant-dernière alors le niveau est quand même relativement élevé). Très sincèrement, au début je n’y croyais pas. Nos cosplays étaient relativement simples pour notre catégorie, et j’ai tentée de créer une prestation d’un type que je n’avais jamais vu au Québec (mais beaucoup en France). Finalement, nous avons gagné 2 prix ! Le prix couture ET le prix prestation ! Encore maintenant, je n’en reviens pas. Mais c’était une super expérience ! Merci à Kapsoou et Chat-Ly pour m’avoir poussé à le faire !
En négatif – De manière toujours aussi sincère, j’ai eu la chance de ne jamais avoir eu de problème comme j’en entends souvent chez les autres… Fausses rumeurs, body shaming, etc… Ou alors, je ne suis simplement pas au courant. En tout cas, je n’ai jamais soufferte de ça. Je pense que la seule chose négative qui est arrivée venait de moi. Au début, j’avais un peu « des rêves de grandeur », du genre que j’aurai vraiment voulu être connue. Donc je me mettais la pression pour en faire le plus possible, et surtout je me comparais à tout le monde. Évidemment, ça ne marchait pas… C’est souvent les gens qui sont à la « course aux likes » qui marchent le moins ! Et j’ai finalement réalisé que tout ça n’en valait pas la peine. Que le but du cosplay, c’était d’avoir du fun et de faire quelque chose qu’on aime. Depuis je vis ma passion beaucoup mieux et sans pression ! Je me compare toujours aux autres, mais bon ça je pense qu’au fond on le fait tous. Et au final, c’est quand j’ai fait le cosplay pour moi-même et non les autres, que j’ai commencé à avoir beaucoup plus de followers et de réactions sur mes réseaux. Quand j’y repense, je me dis que j’étais vraiment stupide. Je pense que les gens qui nous suivent le ressentent quand on est « faux », et que ça n’attire pas les autres. Heureusement cette période n’avait pas duré longtemps, et c’est vraiment loin derrière aujourd’hui !

Nippon Actif : au final, qu’est-ce le cosplay t’a apporté dans la vie de tous les jours?
Sheya : le cosplay m’a apporté beaucoup de choses dans la vie. Notamment au niveau de ma timidité qui était maladive à l’époque. Aujourd’hui, je suis capable de parler à des gens sans rougir, et de faire des présentations devant des salles pleines. Je sais que sans le cosplay, je n’aurai sûrement jamais été capable de faire le moindre pas ! Hormis le fait que j’ai appris à coudre, et qu’au quotidien ça se révèle très utile ! Je me suis aussi faite beaucoup de bons amis, notamment au Canada. On a beau dire, mais c’est quand même difficile de se faire des amis à l’étranger quand on ne vient pas pour étudier, j’en ai parlé avec beaucoup de français expatriés, et nous sommes tous d’accord sur ce point. Je suis arrivée pour étudier, mais en déménageant à Montréal, je partais à 6h de ma ville d’étude. Sans le cosplay, je sais que je n’aurai clairement pas eu autant d’amis ici.

Nippon Actif : peux-tu nous dévoiler tes futurs projets cosplay?
Sheya : j’ai ÉNORMEMENT de projets cosplay. En fait, les anime et jeux vidéos sont un véritable gouffre à projet ! J’essaye de ne pas m’en ajouter mais c’est difficile. Surtout quand on a sombré dans la folie Love Live! Mais je n’aime pas avoir des cosplay adopté par la majorité. J’aime faire des cosplay de personnage peu connus ou oubliés (comme Louise dans Zero no Tsukaima) ou à la rigueur des personnages connus avec des tenues peu faites ! Évidemment, j’en fais quand même mais j’aime avoir un peu d’originalité. Je vais maintenant dévoiler certains de mes projets que je pense faire dans un avenir proche :
Colette de Tales of Symphonia. Je n’ai jamais joué au jeu (ne me tapez pas svp !), mais j’avais lu les mangas quand j’étais au collège, et je l’ai réellement apprécié ! Qui plus est, c’est un personnage oublié, comme je les aime tant !
Kanan Matsuura ver. Maple Leaf de Love Live! Sunshine!!. J’ai tout de suite adoré le design quand la carte est sortie, il FALLAIT que je l’ajoute (quand je vous disais que Love Live! est un gouffre à projets….). J’ai d’ailleurs encore 5 tenues d’elles que je prévois de faire / acheter, mais je vais laisser planer le mystère sur tout ça ! Si tout va bien, normalement je prévois de faire 3 autres cosplays en plus des 2 que j’ai citée, avant la fin de l’année.
– Pour mes « dream cosplay » je dirai que ce seront Mew Ichigo (Tokyo Mew Mew) et Ariel (La Petite Sirène) dans sa robe rose ! Je me demandais si je n’allai pas sauter le pas l’année prochaine ! Voilà, pas de grande révélation, mais j’ai beaucoup trop de projets et je suis assez lucide pour savoir que je ne les ferai jamais tous !
En somme, pas mal de projets à venir ! Je n’en ai pas encore fini avec le cosplay, que je prévois d’en faire d’autres dans le futur, qui deviennent de plus en plus complexes à faire, alors j’espère être à la hauteur de mes attentes !

Nippon Actif : quelles sont les futurs conventions où l’on pourra te rencontrer?
Sheya : cette année je serai présente pour sûr à Otakuthon (Montréal) en août et au Mini Comic Con (Montréal) en décembre. J’hésite encore à venir une journée à Animara Con (Sherbrooke) en septembre. J’ai pas mal de projets personnels dispendieux dans le futur, et malheureusement le cosplay en prendra un coup. L’année prochaine, j’aimerais vraiment tenter de nouvelles conventions comme Anime North (Toronto) et Colossal Con (USA) ! Peut-être aussi KatsuCon (USA), mais c’est tout de suite un budget plus élevé, alors à voir ! Probablement aussi le G-Anime d’été (Gatineau) ou le SagGeek (Saguenay).

34457606_10213901455385327_2740920971505434624_n
@PaulK.Vong Sheya Cosplay

Merci à Marion, alias Sheya, pour ce touchant interview et la sincérité que t’y déploies. Nous espérons que tes projets aboutiront tous. Cette interview sert à comprendre à travers les acteurs que ce sont les cosplayers, un peu plus cet univers partagé de plus en plus à travers le monde, et principalement la France. Ce que nous voyons en quelques minutes, et un travail de longues haleines et de réflexions.

Si vous souhaitez voir d’autres photos de son travail, suivez sa page Facebook : https://www.facebook.com/SheyaCosplay/

34535248_10213901456345351_474534186162585600_n
@WateryCosplay Sheya Cosplay

34509874_10213901459225423_1251186142976409600_n.jpg
@EliasZakzuk Sheya Cosplay

34396104_10213901455505330_1377242625660157952_n.jpg
@MrJechgo Sheya Cosplay

34481953_10213901460225448_3991064975027208192_n.jpg
@DavidVuong Sheya Cosplay

34343675_10213901457265374_3960368706323742720_n.jpg
@PolNado Sheya Cosplay

Retour sur Geek Days à Lille 3ème édition

Geek Days est un salon mêlant la passion des geek et des otaku (merci de ne pas confondre ces deux notions). C’est l’un des salons représentatifs des conventions à « succès » en France. Ils se déroulent dans trois lieux : à Lille, et nouvellement à Rennes et Rouen.

C’est ma première visite de ce salon, je suis parti à la découverte du Geek Days à Lille!

33528406_10216019619942467_8441224875544150016_n
@NipponActif      Prise gratuitement par un photomaton lors du salon

J’avais eu un coup de coeur pour Japan Tours Festival, et je me suis dit qu’en dehors de Paris, je pourrai toujours trouver des choses nouvelles (avec un peu moins de monde, telle était mon espérance). Mais la comparaison devient compliquée quand le salon porte dans son titre la notion « GEEK ». Et oui! On a tous, plus ou moins notre définition de ce fameux mot, mais cela n’enlève pas l’une de ses notions incontestables : une personne passionnée par la technologie et l’informatique. J’oserai dire que c’est la base. S’ajoute à celui-ci, toutes les cultures liées à l’imaginaire.  Et c’est bien pour estimer le pourcentage de ce qui a été respecté que je me suis rendue là-bas.

Plus de visiteurs : plus de qualité?

Mon avis général est tout bonnement mitigé. Le nombre de visiteurs les positionnent en très bonne place. Il a dépassé le seuil espérer par le salon même. Cependant, des divers forums et commentaires que nous pouvons trouver sur la toile, ces visiteurs sont quasiment du même avis que moi. Les raisons sont différentes, mais convergent, et cela va s’en dire qu’il y a bien des choses à retravailler au final.

34159303_10216089510769694_3561967973738479616_n
@NipponActif     L’une des scènes du salon

Le manque cruel de scènes avec des programmations sont décelés lors du salon. Nous avons eu trois scènes : la scène cosplay, la scène pour divers passages d’animations et la scène des jeux sur PC en live, avec des commentateurs. L’espace n’y manque pourtant pas!  Nous avons eu une facilité de circulation inespérée malgré le monde présent, c’est un point positif aussi… Côté exposants (stands), il y a ce qu’il faut, sans pour autant que cela dépasse ce que Paris Manga propose. Mais que cela soit stand nourriture, achat de manga, espace création et science-fiction, tout y est! À vue d’oeil, l’espace geek a été respecté. Donc en dehors des cosplays et animations, nous avons bien des exposants qui nous informent sur les produits technologiques et informatiques (l’exemple des imprimantes 3D, avec explications, démo et achat possible lors du salon!). Il y avait une bonne quantité de bornes afin de profiter des derniers jeux sur PC et consoles.

34274588_10216089507489612_2580704590987001856_n
@NipponActif    Cosplayers

On ressort malheureusement rapidement des lieux, même en traînant des pattes. Peut-être qu’une amélioration sera apportée au niveau de la programmation sur scène, et aussi une présence accrue d’invités lors des prochains salons leur permettraient de redresser le résultat? En tous les cas, un merci aux cosplayers! On est subjugué par leurs magnifiques costumes et créations, et rien que pour cela, les salons de ce genre devraient continuer à exister un peu partout en France. On attendra tout de même la 4ème édition de Lille pour se faire un avis peut-être plus favorable!

Le tarif était de 11€, et le salon a eu lieu au Lille Grand Palais.

Site : https://www.geek-days.com/

Takashi Murakami à la Fondation Louis Vuitton

La dernière exposition de Takashi Murakami que j’ai faite était en 2010, où son art a occupé le Château de Versailles. Aujourd’hui, il côtoie l’un des lieux les plus représentatifs de l’art contemporain au monde : la Fondation Louis Vuitton (Paris 16ème).

32440489_10215923088129232_4134535720440168448_n.jpg
@NipponActif     L’entrée de la fondation Louis Vuitton

Takashi Murakami est un tokyoïte peintre, sculpteur et réalisateur. Sa première exposition en dehors du Japon s’est passée à Paris en 1995. Depuis, il y est revenu 6 fois. Et aujourd’hui pour sa septième apparition, il continue à représenter le monde moderne à travers ses tableaux et sculptures, touchant les sujets les plus en vogue au Japon : les otaku, les mangas, les personnages mi-hommes, mi-animaux, les religions, les thèmes kawaii mais aussi les sujets sensibles comme le tsunami de 2011, ou la bombe atomique.

La fantaisie japonaise

La galerie kawaii dédiée à ses œuvres, offrent une multitude de couleurs, mêlant les animaux, comme les pandas, aux êtres vivants. Mais aussi la présence de créatures et de la flore, pour apaiser les sujets sensibles ou historiques. La parfaite homogénéité permet aux visiteurs de tout âge d’apprécier son travail. Voici les photos que j’ai prise lors de ma visite.

L’exposition s’articule sur 3 axes : l’iconique personnage de Mr. DOB, l’espace kawaii, et le cycle pictural monumental dédié aux victimes du tsunami de 2011 : The Octopus Eats Its Own Leg.

Dans ses motifs, on retrouvera souvent des touches chinoises, tels que les lions chinois, et on parlera de la religion bouddhiste.
On peut aussi voir de nouveau ses personnages Kaikai Kiki qui datent de 2000, en sculpture et un épisode est même en diffusion lors de l’exposition. Ce nom fait suite à la bizarrerie et au surnaturel de ses œuvres, qui est bien représentatif de la majorité de l’exposition. Le parcours n’en reste pas moins enchanteresse, bien au contraire!
Takashi Murakami est très attaché à la culture manga, et s’imprègne de l’esthétisme kawaii qui est très populaire au Japon. Son terme signifie ‘mignon’. Est qualifié ce qu’est mignon : un humain, un animal, un objet, un paysage, mais aussi une situation ou une idée. Tous les thèmes y sont mêlés, dans de multitudes de supports!

La Fondation Louis Vuitton a aussi mis en avant d’autres expositions sur plusieurs étages, il faut compter deux à trois heures pour profiter de tout l’espace. Le bâtiment est lui même un art, de l’extérieur, comme de l’intérieur, avec son allure futuriste, que je vous invite à découvrir avec quelques photos.

Adresse : 8 Avenue du Mahatma Gandhi, 75116 Paris
Tarif : 14€ plein tarif (voir conditions sur le site pour les réductions).
Site : http://www.fondationlouisvuitton.fr/

 

 

Artiste pâtissière : Camille Bay

31036562_10214195449494213_1383438797_o
@CamilleBay    L’artiste pâtissière Camille

La création par la touche florale

Vivant en région parisienne, Camille est une artiste pâtissière amatrice! Un hobby qui la passionne, et qui la pousse à se perfectionner sur le long terme. Les gâteaux sur mesure, elle connaît. Elle confectionne sur demande, imagine avec nous la dimension du gâteau, et y apporte toujours une touche féminine ou florale. Avec des couleurs pastels et des idées qui fusent, une harmonie se créée à la vision du produit. C’est bien sûr sur le thème des mangas que je lui ai demandé mon gâteau d’anniversaire. Et son premier coup d’essai sur ce thème est merveilleusement accompli, compte tenu de la difficulté des détails à apporter notamment sur Shenron, le dragon.  D’autres de ses confections ressemblent énormément aux gâteaux dans les pâtisseries que j’ai pu voir à Paris, ou même à Tokyo! Le même travail esthétique et soigné.

Le gâteau d’anniversaire de mes 28 ans sur la photo ci-dessous. Mon avatar présenté à gauche, le dragon Shenron, et Son Goku en mode Saiyan Blue. Voilà ce que Camille Bay a su modeler de A à Z!

19029218_10212882897086356_7718278292947530086_n
@CamilleBay     Thème Dragon Ball Super

Les détails sont saisissants, et complètement modelés main. Les différentes étapes sont photographiées sur sa page Facebook (lien en bas de page). Mais un gâteau ce n’est pas que le visuel, c’est tout autant le goût! Un objectif très bien rempli par Camille qui se passionne dans la confection de ses cake design depuis novembre 2014. Ayant été dans de bons nombres de pâtisseries dans ses années étudiantes, l’idée de reproduire chez elle ce qu’elle a mangée quelques temps avant, l’a mise au fourneau dès son adolescence. Elle commença par des pâtisseries françaises telles que les macarons, fraisiers, éclairs, forêt noire, etc… et participa à quelques ateliers afin de se mettre plus tard au cake design, et d’y trouver son identité. Elle ose aujourd’hui des mélanges de saveurs qui se marient très bien, avec des produits de qualités qu’elle énumère avant tout travail. Même si nous manquons d’idées, son imagination nous permet d’avoir des propositions qui mettent tout le monde d’accord.

10854858_1612278542340047_8308507571729690860_o
@CamilleBay        Thème Naruto

Nous la rencontrerons peut-être un  jour dans un salon? Mais étant une passion qui la dévore et prend beaucoup de temps, jusqu’à atteindre la perfection, elle ne fait malheureusement pas de gâteau sur demande aux particuliers, uniquement pour ses proches. Cela ne nous empêche pas d’apprécier son délicieux travail sur Facebook!!

Sa page Facebook : Bay Love Baking etc

31280429_10214199531076250_1887415876_o
@CamilleBay    Camille et son gâteau fait maison

 

30859871_10214199769202203_144203519_n (1)

%d blogueurs aiment cette page :